Quand il s’agit de justifier pourquoi il faudrait dissoudre le CRAC Europe, le député Alain Marleix, président du groupe d’études Tauromachie à l’Assemblée, a une imagination sans limite pour clamer haut et fort des éléments à charge, tous plus mensongers et fantaisistes les uns que les autres.

L’axe des ternes

Hors du microcosme politico-médiatique, pas grand monde n’aurait su dire qui est Alain Marleix il y a encore quelques semaines. Son activité à l’Assemblée nationale se résume à quelques questions écrites sur des sujets tels que les Roms (il ne les aime pas), la consommation obligatoire du porc dans les cantines (il ne doit pas aimer non plus les musulmans, les juifs et les végétariens), le taux de TVA dans l’hôtellerie (il n’aime pas qu’on embête les hôteliers) et les anciens combattants (eux, il les aime bien). Sur ce dernier thème, il a une certaine expérience, ayant été leur éphémère secrétaire d’Etat il y a quelques années dans l’indifférence générale.

gaz 3

Grâce à sa croisade sacrée contre le CRAC Europe, il connait enfin son quart d’heure de gloire avec trois autres parlementaires aficionados, William Dumas, Raymond Couderc et Jean-Paul Fournier. Ce n’est pas nouveau : des élus UMP et PS main dans la main, oui c’est possible lorsque l’intérêt supérieur de l’Aficion en débâcle est en jeu. Pas sûr qu’ils en sortent grandis, tellement ils s’enfoncent dans le ridicule à chaque nouvelle intervention publique. Difficile de briller quand on est aussi mauvais.

Vendredi 21 février, Marleix était invité par Sud Radio pour exposer ses motifs face à Jean-Pierre Garrigues, président du CRAC Europe. Les élucubrations de Marleix ont représenté un sommet dans le n’importe quoi. Jean-Pierre l’a systématiquement renvoyé dans ses cordes. Fidèle à notre goût pour le “fact-checking” comme disent les journalistes (c’est-à-dire la vérification des faits), voici un florilège des énormités que Marleix a lancées en direct et la réalité que chacun peut facilement contrôler.

Délire n°1 – “Violences considérables” à Rodilhan et à Magescq

rod13 bruno ricard

Des violences à Rodilhan, oui, absolument, elles ont été nombreuses :

  • – les gendarmes ont gazé des personnes assises par terre ou qui avaient le seul tort d’être à leur portée. Ils ont lancé des flash-balls à bout pourtant sur d’autres qui se tenaient immobiles sans rien porter d’autre que leurs vêtements. Ils ont causé de graves lésions sur encore d’autres manifestants avec des grenades déflagrantes.
  • – Est-ce qu’un seul aficionado a subi une violence venant d’une seule personne du CRAC ? Aucun. Ou alors, on attend les plaintes pour savoir qui. Sur Sud-Radio, Monsieur Marleix affirme qu’un manifestant a été sévèrement condamné à Alès. Double erreur : c’était à Rodilhan et il a écopé d’une simple amende pour avoir menacé (pas blessé, pas même touché, juste menacé) un aficionado. De plus, il se trouve qu’il n’a aucun lien avec le CRAC.
  • – Six veaux ont été suppliciés et tués en public, un délit puni de 30 000 euros d’amende et de 2 ans d’emprisonnement presque partout en France. Les coupables, dont l’identité est pourtant parfaitement connue, courent toujours. Ah mais oui, j’oubliais : le Gard fait partie des 11 départements où existe une exception d’impunité.

Rodilhan 2013 photo gaz Régis Bouriez

rod 13 aurelien

Pour finir avec Rodilhan, c’est justement là qu’en 2011 des dizaines d’aficionados ont longuement roué de coups 70 anticorridas assis et enchaînés au milieu de l’arène. Personne parmi les manifestants n’a répliqué aux coups ni aux agressions sexuelles dont ont été victimes des militantes.

rodilhan 1

Rassurez-vous, Monsieur Marleix, là on a plein d’images de ce qui s’est passé, la vidéo intégrale des événements a déjà été vue plus de 200 000 fois sur YouTube. L’instruction du procès de 26 des agresseurs identifiés est bouclée, la date du procès doit être annoncée après les municipales. Il est vrai que JP Fournier (maire de Nîmes et membre du clan des 4 aux côtés de Marleix) a été filmé pendant le lynchage en train de se réjouir ouvertement de ce qui se passait et qu’il se représente pour un nouveau mandat de maire dans quelques semaines. Il ne faudrait pas lui faire trop d’ombre.

Quant à Magescq, ce n’était ni une action organisée par le CRAC, ni l’occasion du moindre débordement.

Cher Monsieur Marleix, montrez-nous une seule photo d’un seul adhérent du CRAC Europe en train de commettre un seul acte de violence contre un gendarme ou un aficionado. Une seule photo, pas deux, pas dix, une seule, chiche. Pendant que vous cherchez dans vos archives, permettez-moi de vous en montrer quelques autres.

rod13 juliette colin

Notre “violence” se limite à utiliser des mégaphones, des slogans et des qualificatifs conformes au Code pénal qui décrit la corrida comme relevant de “sévices graves et acte de cruauté sur un animal”. Les personnes qui la pratiquent sont donc juridiquement des sadiques, ceux qui y assistent, objectivement des pervers et tous ceux qui la soutiennent, incontestablement des barbares.

Délire n°2 : La corrida est reconnue au titre du patrimoine mondial de l’Unesco

Mondial, Monsieur Marleix ? Pourquoi pas inter-galactique tant que vous y êtes ? C’est tout juste si elle a été inscrite en catimini au patrimoine immatériel de la France, rien que de la France et de façon tellement honteuse qu’on n’en trouve aucune trace ni sur le site du ministère de la Culture, ni sur celui de l’Unesco.

Ce qui est mondial, c’est l’illégalité de la corrida partout autour du monde, considérée à juste titre comme un acte de torture. Sur les quelque 200 pays que compte notre planète, seuls huit restent encore plongés dans l’obscurantisme.

Délire n°3 : Nombreuses arrestations d’ultra-violents allemands, danois, hollandais

Vraiment ? On aimerait bien savoir à l’occasion de quelle manifestation. Pas anticorrida, en tout cas, et a fortiori pas liée au CRAC. En effet :

  • aucune action anticorrida en France n’a jamais donné lieu à aucune arrestation à ce jour. Jamais.
  • même dans le plus grand des rassemblements organisés par le CRAC Europe (Alès, 11-12 mai 2013), il n’y avait aucun Allemand, aucun Danois, aucun Lituanien, aucun Ukrainien… Aucune arrestation, non plus. J’avoue que j’ai croisé un Hollandais mais pas du tout en état d’arrestation et qui vit depuis 20 ans en France.
  • aucun “ultra-violent” dans nos rangs, pas même “moyennement violent” ou “un tout petit peu violent”. Au CRAC Europe, nous sommes tous strictement non-violents, cela est précisé en toutes lettres dans les statuts de notre association.

rod 141148

Délire n°4 : la dissolution du CRAC ?

Là, on touche le sublime dans le moulin à vent ou le fond de l’incompétence (ne rayez aucune mention, elles sont toutes les deux exactes). Toutes les associations qui ont été dissoutes depuis 1936 l’ont été pour l’un des motifs suivants : racisme déclaré, actions terroristes, groupes se réclamant du nazisme, groupes de combat armés, milices privées, groupes directement impliqués dans des homicides, jihadisme prônant la lutte armée, organisation de manifestations faisant des centaines de blessés dans les rangs des forces de l’ordre.

Vous mettez le CRAC dans laquelle de ces catégories ? Même votre ami Monsieur Fournier le reconnait : “Je pense qu’une interdiction sera compliquée.” Il est optimiste. En fait, ça va être impossible. Tout cela n’est que du vent pour attirer fugitivement l’attention des médias. Attention au retour de bâton quand les journalistes vont réaliser que vous mentez sur tout. A moins que vos gesticulations aient pour but de déstabiliser les députés qui pourraient avoir envie d’abolir la corrida en se ralliant à l’un des quatre projets de loi déposés à l’Assemblée ou au Sénat mais toujours pas à l’ordre du jour car consciencieusement bloqués par vos amis du groupe Tauromachie.

Délire n°5 : les anticorridas ont incendié un bus dans les Landes.

Mensonge pur et simple. D’où Monsieur Marleix a-t-il pu bien prendre ses sources pour avancer une telle contre-vérité ? Après de longues recherches sur Internet, j’ai effectivement retrouvé trace d’un bus qui a été brûlé dans le sud-ouest mais pas dans les Landes. Il s’agissait d’un véhicule volé en Vendée et retrouvé en Charente-Maritime, de toute évidence détruit par le voleur pour effacer toute empreinte ou fragment d’ADN.

Le rapport avec le CRAC ? Aucun. Avec d’autres anticorridas ? Aucun. Avec une commune qui organise des corridas ? Aucun (normal, en Charente-Maritime, la corrida est un délit et les toreros, des délinquants). Monsieur Marleix précise qu’il y a “d’innombrables témoignages”. On est impatients d’en prendre connaissance.

Délire n°6 : Le président du groupe Tauromachie de l’Assemblée ignore qu’il y a quatre propositions de loi demandant l’abolition de la corrida

Si, si, vous avez bien lu. Quand Jean-Pierre Garrigues demande pourquoi il n’y a pas de débat démocratique à l’Assemblée sur la corrida, Alain Marleix répond qu’il faut d’abord qu’il y ait un texte de loi à discuter. Ça tombe bien, il y en a quatre qui attendent (dont deux proposés par des parlementaires PS, un par EELV et un par l’UMP). Mais aussi dingue que cela puisse paraître, lui qui est président du groupe Tauromachie n’en a jamais entendu parler. On lui cache tout, à ce pauvre homme.

Quand il le découvre en direct sur Sud-Radio, il bafouille et botte en touche : la corrida est légale, circulez, y a rien à débattre. Et moi qui croyais que les députés ont pour unique rôle de faire progresser les lois. Pas pour Marleix : il ne faut surtout pas débattre sur ce sujet, même si, selon lui, la simple existence de la corrida crée des violences gravissimes.

Marleix veut supprimer la température en cassant le thermomètre

Résumons en ne gardant que les faits établis pour lesquels les preuves pullulent.

L’opposition à la corrida génère des violences de plus en plus graves venant uniquement des aficionados et des forces de l’ordre, jamais des manifestants. Il faut donc éviter d’en débattre à l’Assemblée et dissoudre la plus importante association anticorrida française, dont les membres prennent des coups de partout. Comme ça, il n’y aura plus de violence, CQFD. C’est le fameux sophisme : pour supprimer la température, cassons le thermomètre.

Sauf que si lui et sa bande parviennent à casser le thermomètre, la température continuera d’augmenter hors de tout contrôle. C’est vous dire à quel point ils sont intelligents, ces pauvres dépités.

Cet article est paru prélablement sur le blog d’Anna Galore.