Introduction : accueil des adhérents, vérification des procurations, remise des cartons de vote, élection d’un président et d’un secrétaire de séance. Présentation des responsables présents.

57 adhérents présents

Début de réunion : 14 h 30
Président de séance : Jean-Pierre Garrigues (en poste jusque janvier 2017)
Secrétaire : Elsa Strasser
Les président et secrétaire de séance ont été élus à la majorité absolue (9 voix contre sur 188 votants, procurations comprises).

Les membres du conseil d’administration provisoire présents :

  • Luce Lapin (vice-présidente)
  • Elsa Strasser (secrétaire nationale)
  • Didier Bonnet (trésorier)

Les délégués du CRAC Europe présents :

  • Dominique Arizmendi
  • Bernard Brignat
  • Nathalie Dehan
  • Sylvie Germain
  • Chantal Girot
  • Ghislaine Lecocq
  • Françoise Luvini
  • Catherine Martin
  • Catherine Martinez
  • Carole Saldain
  • Christine Valusso

Excusés :

  • Dorothée Aillerie
  • Cédric Mouysset
  • Irène Noël
  • Marianne Pastre

1) Présentation de la situation

Nous nous réunissons ce jour pour élire trois nouveaux membres du conseil d’administration qui se présentent, suite à la démission brutale et sans appel de quatre membres du bureau le 08/08/2016.

Jean-Pierre Garrigues expose la situation et rappelle son état de santé à l’audience.

Les questions ouvertes par rapport à ces quatre démissions sont posées par les délégués et les différents intervenants, dont Franck Andrieux, l’un des quatre démissionnaires, ancien porte-parole du CRAC Europe.

Il explique que, juste avant leur démission, la question de la confiance avait été posée à Jean-Pierre Garrigues, qui n’avait pas répondu.

Celui-ci rétorque qu’ayant été mis à l’écart de toutes les décisions de manière systématique durant sa maladie, et même ensuite sur le chemin de la rémission, il s’est vu obligé de poser des questions pour obtenir les réponses concernant les sujets en cours, ce qui semblait agacer Roger Lahana, ancien vice-président, et les trois autres membres de l’ex-CA.
Il souligne que, malgré son déplacement depuis le sud de la France et sa présence à l’assemblée générale du 7 mai dernier à Paris, il n’obtint par la suite pas plus d’informations sur les dossiers importants : il lui fallait encore et toujours demander.

Une sensation de mise à l’écart par rapport à l’association, comme s’il n’en était plus le président.

Franck Andrieux évoque la suspension et l’exclusion (non officielle) de Carole Saldain, déléguée des Pyrénées-Atlantiques et des Landes, par décision de l’ancien CA.

Décision contestée par Jean-Pierre Garrigues, qui n’était pas au courant de cette sanction, alors que rien n’a jamais été signifié de façon officielle à Carole Saldain. Ni pour sa suspension, ni pour son exclusion. Jean-Pierre Garrigues met en avant le travail de terrain incontestable et non négligeable de cette déléguée depuis des années.

Franck Andrieux affirme que c’était à lui, en tant que président de l’association, de signifier à Carole Saldain son exclusion.

Jean-Pierre Garrigues fait un constat de divergences au sein du groupe et d’un manque de rigueur absolue. Il évoque une « perversion du système », avec des délégués pris dans ce même système.

Une large partie de la séance est consacrée à la réintégration de Carole Saldain, votée à l’unanimité par le CA provisoire le 19 septembre dernier.

Décision contestée par quelques déléguées présentes.

Carole Saldain intervient et évoque une mise à l’écart volontaire de la part de l’ancien CA, bien avant ces fameuses publications « diffamatoires » et cause de sa suspension et exclusion éventuelles. Elle dit avoir envoyé de nombreux mails restés sans réponses et que, en tant que déléguée du Sud-Ouest, ne pas avoir été mise au courant de la grande manifestation unitaire de Mont-de-Marsan.

Une personne de l’audience demande la lecture de la lettre de démission de l’ancien CA, en date du 08/08/2016.

Il est reproché au bureau démissionnaire, vu les circonstances et l’état maladif grave de son président, de ne pas avoir anticipé, attendu l’AG de janvier 2017 afin de laisser à Jean-Pierre Garrigues le temps nécessaire de reconstituer un nouveau CA qui se serait présenté le jour même.

Pour Didier Bonnet, ces démissions lourdes et en bloc ont pour conséquences d’une volonté de nuire à l’association.

2) Vote pour l’entrée de 3 membres au conseil d’administration

Présentation de chacun des membres du conseil d’administration provisoire, puis vote du nouveau CA (total 188 voix, procurations comprises).

  • Luce Lapin (vice présidente) : 0 abstention : 18 contre
  • Didier Bonnet (trésorier) : 4 abstentions : 19 contre
  • Elsa Strasser (secrétaire nationale) : 3 abstentions : 19 contre

Les 3 membres du conseil d’administration, qui rejoignent le bureau et le président, sont élus à la majorité.

3) Stratégie

Actions passées tant sur le terrain que juridiques :

  • Manifestation Alès 2013 (3 000 manifestants) : jusque-là on pouvait voir le nombre de militants augmenter dans les manifestations et Alès fut la plus grande manifestation anticorrida en France.
  • Rodilhan, octobre 2013 (700 manifestants)
  • Rion-des-Landes, août 2013
  • Maubourguet, août 2014

Depuis, force est de constater que le nombre et la motivation des manifestants diminuent et que le massacre des taureaux, lui, continue.

  • Vic-Fezensac : le maire, attaqué par le CRAC Europe pour abus de pouvoir suite à un arrêté liberticide qu’il a dû retirer par la suite ainsi qu’une amende à payer.
  • Procès de Rodilhan, qui s’est enfin tenu mi-janvier 2016, suite à une pression du CRAC Europe via les réseaux sociaux, et notamment sur Twitter, après cinq ans de bataille juridique.
  • Condamnation des aficionados le 14 avril 2016, dont deux à de la prison ferme.
  • Retrait de la corrida du PCI, patrimoine culturel immatériel de la France (Conseil d’État, 27 juillet 2016).

Actions futures avec un changement de stratégie

  • Actions juridiques en cours : 7 propositions de loi déposées à l’Assemblée nationale, dont cinq demandent l’abolition de la corrida et deux son interdiction aux mineurs.
  • Actions de terrain : Manifestations déclarées et travail de communication.

4) Objectif

Un débat sur la corrida dans l’hémicycle.

Heure de fin de l’AGE : 18 heures

Elsa Strasser
Secrétaire nationale

signature_elsa_stresser

  • Pinterest