Voir le courrier sur le site du CRAC Europe

Communiqué

mercredi 16 octobre 2019

Politiques : avec nous, votez pour les taureaux !

Bonjour à tous,

Nous avons voulu, en cette période électorale riche en rebondissements, nous adresser, ensemble, à ceux qui gouvernent, ceux qui font les lois, ceux qui décident du sort des humains… et des animaux. Nous nous arrêterons plus particulièrement, en ce qui nous concerne, sur la condition des taureaux torturés dans nos arènes et des chevaux enrôlés de force, eux aussi en grand danger. Nous ne nous sommes pas tenus aux seules législatives, nous avons élargi notre propos aux différentes élections.

Présidentielle, législatives, municipales, sénatoriales, européennes… les candidats de tout bord ont la possibilité d’exprimer leurs convictions, et surtout d’entendre et de respecter celles de la grande majorité des citoyens, leurs électeurs, qui souhaitent que la voix des taureaux, qu’ils représentent, soit prise en compte. Pendant la durée de leur mandat, député(e)s, sénateurs, sénatrices, préfets, maires des grandes et plus petites villes auront alors tout loisir de le faire.

La corrida n’est pas représentative de notre République française. Elle a été importée d’Espagne il y a quelque cent soixante ans, à Bayonne, pour satisfaire Eugénie de Montijo, l’épouse de Napoléon III. Le Parlement catalan y a mis fin en juillet 2010, et même dans le sud de l’Espagne, supposé « berceau » de la tauromachie, elle est régulièrement remise en cause : nombre d’arènes vides le prouvent.

À la poubelle, les traditions mortifères !

Lorsqu’elles sont exercées avec cruauté, qu’elles causent souffrance et mort et ne correspondent donc pas aux avancées de l’humanité, les traditions doivent être implacablement abandonnées, sans concession aucune, qu’elles s’appliquent aux humains ou aux animaux. C’est le cas de la barbarie tauromachique, qui n’a plus sa place en notre XXIe siècle.

Aucune possibilité de sortie de ces arènes où le taureau – en fait, six : c’est le nombre de bovins massacrés dans une seule corrida – est contraint de « combattre ». De combattre ou, plus exactement, de se défendre contre des tueurs, toreros et matadors, dont le seul objectif est de faire couler le sang encore et encore, avec force harpons et banderilles, avant d’achever l’animal, au bout de vingt minutes. Pourquoi ce temps ? Parce que, passé ce délai, l’herbivore, qui n’est pas idiot, a compris que ce n’est pas contre la muleta, ce chiffon rouge que la « danseuse ridicule » de Francis Cabrel agite devant lui, qu’il faut foncer, mais contre le crétin qui la tient. Quant aux enfants qui sont forcés par leurs parents d’assister à ces spectacles dangereux pour leur équilibre, ils n’ont pas non plus leur libre arbitre.

Politiques, les taureaux torturés dans nos arènes comptent sur vous pour mettre fin à leur calvaire. ABOLITION !

24 juin, ça continue !

La Brède (Gironde), « 20 ans de torture tauromachique ». Notre prochaine manifestation, coorganisée avec l’association Vénus, aura lieu de 14 heures à 19 heures.

À très bientôt, et votez bien, c’est-à-dire selon vos convictions profondes !

Luce Lapin
Vice-présidente

Aidez les taureaux
Don & Adhésion Don & Adhésion
Suivez-nous
Suivez le CRAC Europe sur Facebook Suivez le CRAC Europe sur Twitter Suivez le CRAC Europe sur YouTube

Cet email a été envoyé à *|EMAIL|*
Cliquez ici pour vous désabonner

Comité Radicalement Anti Corrida
B.P. 10244
30105 ALÈS Cedex