Nouveau succès pour le 5ème rassemblement anti corrida annuel à Istres, depuis le grand happening devant les arènes en 2012.

Pour cette action citoyenne, 73 militant/es se sont rassemblés sur le rond-point Aimé Césaire, très proche des arènes. Cette année, suite à une modification de la circulation en ville, les policiers nous avaient informés qu’il y aurait là un passage de véhicules beaucoup plus important que les années précédentes, passage « obligé » pour les véhicules souhaitant se rendre dans le centre-ville pour la feria ou la corrida. Notre visibilité en a été décuplée !

Ni la population d’Istres, ni les touristes n’ont pu manquer de voir la mise en scène des taureaux/humains ensanglantés, percés de banderilles et les très nombreuses banderoles du CRAC Europe. Tambours, mégaphones, sonos avec CD anti-corrida ont résonné toute l’après-midi.

Près de 2500 tracts ont été distribués. Des membres du CRAC Europe, de 269Life, de ADDA, de DDASud, de AVRE, d’Esprit Libre 66, de la SPA et autres associations des régions du sud-est (Occitanie, Auvergne/Rhône Alpes, PACA…) s’étaient rassemblés. La réaction de plus en plus positive du public nous prouve que nos actions portent leur fruit. Chaque année, ce sont toujours plus de gens dans les véhicules qui nous félicitent, et toujours moins qui nous insultent. Un homme, même, est descendu de sa voiture pour nous apporter un chèque de soutien pour le CRAC. Du jamais vu encore.

Une autre preuve du rejet de plus en plus important de la corrida par la population d’Istres. Sous la publication de l’affiche de la feria dans le groupe Facebook « Tu es d’Istres si… », il y a eu des dizaines de commentaires contre la corrida. LES ISTRÉENS SONT AVEC NOUS !

Les 2 voitures transportant les toreros ont fait le tour complet du rond-point, comme pour jauger l’importance de notre présence. En outre, le torero désigné pour la corrida d’Istres avait dû être remplacé car il avait été blessé par l’un des taureaux de la corrida du jour précédent.

Le journal de la région, La Provence, a publié comme chaque année un article.

Merci aux organisatrices, Anne-Laure, Laura, Julie, Joëlle et Christine, aux figurant/es du happening, et à tous les militant/es aux mégaphones, au tractage et aux banderoles qui ont assuré sous une chaleur torride.

Joelle Verdier