Communiqué de presse – 21/07/15

Le 1er juin 2015, la cour administrative d’appel de Paris a confirmé le retrait de l’inscription de la corrida au Patrimoine Culturel  Immatériel (PCI) de la France (procédure initiée par le CRAC Europe et Droits des Animaux). En octobre et novembre 2013 trois propositions de loi pour l’abolition de la corrida ont été déposées par des députés du PS, de l’UMP et d’EELV à l’Assemblée Nationale et  100 députés ont déjà signé l’un de ces textes. Dans tous les pays tauromachiques, la corrida ne subsiste que grâce à des subventions publiques, raison pour laquelle, depuis 7 ans en Espagne, plus de la moitié des spectacles tauromachiques ont disparu, faute d’argent des collectivités.  Dans tout le sud de la France, la corrida est confrontée à une opposition citoyenne de plus en plus forte, avec des manifestations devant les arènes tous les week-ends.

Et dans ce contexte, que font le maire de Marboz et son comité des fêtes, dans une petite commune de 2500 habitants située à 90 kms au nord de Lyon, bien loin des terres barbares du sud de la France ? Ils organisent une « feria » et invitent des tortionnaires en dentelle à venir faire des démonstrations de corrida équestre. Ces séances de prosélytisme et de propagande hors zone tauromachique sont particulièrement insupportables aux citoyens que nous sommes. Certes, on  nous annonce qu’il n’y aura pas d’effusion de sang. Il n’en demeure pas moins que des taureaux seront maltraités juste pour le plaisir de certains, que des chevaux non protégés seront mis en danger, que des spectateurs risquent pour leur vie dans les arènes (saut récent d’un taureau dans les gradins dans le sud de la France à St Chaptes en juin 2015) et hors des arènes (la liste des décès et blessés graves lors d’abrivados s’allonge de manière préoccupante : St Maurice de Cazevieille et Mudaison dans le Gard fin juin 2015, Aigues-Mortes en 2014, Quissac en mai 2012, et même Marboz en 2009 ).

Le CRAC Europe a demandé à M. Alain Gestas, maire de Marboz, d’annuler les démonstrations du torero Rafael de Lucas et des deux rejoneadors (corrida équestre) Laury Tisseur et Patricia Pellen. Hors zone tauromachique, ces personnes risquent deux ans de prison et 30 000 euros d’amende pour sévices graves et actes de cruauté, ce sont des tortionnaires d’animaux.

Le CRAC Europe  a demandé au préfet de l’Ain de prendre les mesures qui s’imposent pour empêcher la tenue de ces spectacles générateurs de trouble à l’ordre public.

Le CRAC Europe organise deux manifestations les 25 et 26 juillet à Marboz avec défilé dans le village. Elles ont été déclarées officiellement aux autorités. Maltraiter des animaux, ce n’est pas la fête.

Pour l’équipe du Comité Radicalement Anti Corrida (CRAC Europe pour la protection de l’enfance)

Jean-Pierre Garrigues
Président du CRAC Europe


LETTRE OUVERTE ENVOYÉE AU MAIRE DE MARBOZ – 15/07/15

Monsieur le Maire,

Nous apprenons avec stupéfaction la décision scandaleuse prise par votre commune d’organiser lors du weekend des 25-26 juillet 2015 une démonstration de corrida. Le Code pénal définit cette pratique comme relevant de sévices graves et actes de cruauté sur des animaux (article 521-1 de la section Crimes et Délits). Nous avons bien compris qu’il s’agirait d’un simulacre, mais cela n’enlève rien au caractère profondément choquant d’une telle animation. Imagineriez-vous un spectacle familial mimant une cérémonie d’excision ou un viol en réunion ? Comme ce serait drôle et distrayant, puisque, bien sûr, il n’y aurait aucune violence réelle, n’est-ce pas ? Ce que vous vous apprêtez à faire relève de la même ignominie.

Faire l’apologie d’un délit sévèrement réprimé par la loi est indigne de votre fonction d’élu de la République. Le torero présenté si complaisamment par un journal local comme « l’un des espoirs de la tauromachie française », est considéré comme un délinquant interdit de toute pratique tauromachique en dehors des onze départements du sud de la France, où le délit visé par le Code pénal est exempté de peine pour cause de « tradition locale ininterrompue » (exemption qui, en passant, ne retire rien au fait que cela demeure un délit). Sans revenir sur le manque total de définition juridique claire de ce qu’est une tradition (depuis quand ?) locale (jusqu’à quelle distance ?) ininterrompue (pendant combien de temps ?), il doit vous sembler évident que la commune de Marboz ne fait ni partie des onze départements tauromachiques où les spectacles de torture sur des bovins sont tolérés par la loi, ni héritière d’une quelconque tradition de tels spectacles de torture.

Nous vous informons que nous comptons mettre en oeuvre tous nos moyens pour nous opposer à ce que vous envisagez de cautionner. Attendez-vous à recevoir de nombreux appels téléphoniques et mails. Nous allons également saisir les médias et les grandes associations nationales de protection animale telles que la Fondation Brigitte Bardot et 30 Millions d’Amis. De plus, nous avons la ferme intention de venir manifester dans vos rues le jour de ces sinistres festivités. Bien entendu, nous renoncerons à ces multiples modes d’action si vous prenez la sage décision d’annuler ce spectacle ignoble.

Avec nos salutations,

Roger Lahana
Vice-président du CRAC Europe pour la Protection de l’Enfance


 

Marboz, lieu de névrose tauromachique au nord de Lyon

Alors que la corrida a été retirée de l’inventaire du PCI ( patrimoine culturel immatériel de la France) la commune de Marboz (01), située à 90 km au nord de Lyon, ose, lors de sa féria du 25 et 26 juillet 2015, organiser des démonstrations de corridas à cheval et de capea.

Même s’il n’y a aucune mise à mort, il est intolérable qu’une commune de l’Ain fasse la promotion de la torture tauromachique.Il faut absolument mettre la pression, courtoisement mais très fermement par téléphone, mail, fax, page Facebook de la commune, sur la ville de Marboz et ses partenaires pour qu’elle annule ces simulacres de séances de tortures.

Manifestement, certains élus de ce village de 2500 habitants veulent organiser des ersatz de « sévices graves et d’actes de cruauté » à domicile. Empêchons les de générer une soi-disant tradition.

Il faudra être présent sur place (la manifestation sera déclarée).

Evénement Facebook : https://www.facebook.com/events/1436843166642191/

Mairie de Marboz : 04.74.51.00.12
Fax : 04 74 42 03 60
mail: accueil@mairie-marboz.fr

Comité des fêtes : 06.37.91.40.34
mail : contact@feria-marboz.com
Président : Patrice Guillermin 04.74.51.07.33

Partenaires :

Conseil départemental : 04.74.32.32.32
Communication : 04.74.32.32.16

E.Leclerc de Bourg en Bresse : 04.74.22.54.41
Siège social : 01.49.87.50.00

Equid’ain : 06.60.12.12.32

mail : equidain@gmail.com

Famy : 04.74.22.27.13
mail : famy@famy.fr
Siège social : 04.50.56.69.00

Lyon Sélect (grossiste fruits et légumes) : 04.72.56.97.97