Rappelons d’une part que la corrida n’est pas française mais espagnole, et que d’autre part elle est interdite sur l’essentiel du territoire français. En dehors de la zone d’exception, le torero est un délinquant et un tortionnaire qui risque 2 ans de prison et 30 000 euros d’amende pour « sévices graves et actes de cruauté » sur animaux (article 521.1 du code pénal).

Le CRAC Europe initie cette action judiciaire et portera l’affaire si nécessaire auprès des plus hautes instances de l’Etat français dans un premier temps, puis de l’Europe dans un deuxième temps.