12 mai 2012

Madame Catherine Naville, maire de Scientrier

Ayant vécu plusieurs années en Haute-Savoie (plateau de Gavot ), j’y ai assisté à de jolies fêtes locales. J’apprends que votre Commune est en fête aujourd’hui et demain et c’est réjouissant. Un bémol pourtant dans la partition : un lâcher de taureaux ! La R’Biolle ( patois savoyard = la nature qui se réveille, le printemps ) va vibrer au rythme de la Camargue ( Le Dauphin Libéré ). C’est beau de voir des fiers cavaliers défiler sur leurs magnifiques montures. Mais pourquoi une abrivado où des taureaux sont impliqués, contraints de courir parmi des chevaux excités, contraints de galoper et sauter sous le stress, le bruit assourdissant, les assauts incessants d’individus « dingues » qui courent derrière (ou devant), trouvent un malin plaisir à les taper, à leur tirer violemment la queue, à attraper leurs cornes, à inventer mille et une autres imbécillités, juste pour faire mal aux animaux, se faire peur, sentir monter l’adrénaline et autres frissons malsains. Il existe pourtant tant et tant de festivités belles et variées dans les villes et les villages de Haute-Savoie où les animaux ne sont pas impliqués ! Je pense aux bals populaires, fanfares, danses et chants traditionnels, fête du pain, sculptures sur sable, descente de caisses à savon, rallye, défilés aux lampions, brocante, animations gratuites pour petits et grands, concours divers, les Grandes Médiévales, etc.

L’abrivado n’a absolument rien à voir en Haute-Savoie, une région qui n’a pas vocation à organiser ce genre de spectacles. En outre, qui dit abrivado pense aussitôt corrida et là, c’est le comble de la maltraitance, de la violence, de la cruauté… Il est donc regrettable que votre Commune ait autorisé l’organisation de ce lâcher de taureaux, prélude à la tauromachie !

Étant déléguée du CRAC Europe (Comité radicalement anticorrida ) pour la Suisse, je me permets donc d’attirer votre attention sur les festivités avec la présence d’animaux ( pour lesquels ce n’est pas la fête du tout ! ). Au nom du CRAC Europe et de toutes les associations pour la protection des animaux, je souhaite que les abrivados soient une fois pour toutes écartés des festivités non seulement à Scientrier, mais dans toute la Haute-Savoie et la Savoie.

Pour terminer, je vous rappelle que l’abrivado comporte des risques pour les nombreuses personnes qui assistent et se mêlent à ce spectacle. En voici un exemple parmi d’autres :

Les faits se sont produits vendredi 29 juillet 2011, aux alentours de 22 heures à Vergèze, un village aux confins de la Camargue. Selon les éléments fournis par la presse, un jeune homme de 25 ans a été renversé par un taureau. Hospitalisé à Nîmes, il est décédé le lendemain. Il s’agirait – selon la presse locale – d’un « attrapaïre » habitant Vergèze (mais il pourrait s’agir d’un spectateur). L’attrapaïre (ou agantaïre) est le nom donné à ceux qui tentent de bloquer le taureau lors de ces abrivados. C’est un drame horrible.
Pour la famille.
Pour les amis. A qui la faute ?

Je vous remercie de m’avoir lue et vous prie de croire, Madame le maire, à l’expression de ma parfaite considération

Irène Noël