Face à l’accumulation de manifestations anticorrida dans les prochaines semaines, ce dont nous nous réjouissons, un certain nombre de militants nous ont fait savoir qu’ils étaient fortement sollicités au point de ne pouvoir être présents sur le terrain aussi souvent qu’ils le souhaiteraient. Or, notre objectif annoncé largement en début d’année sur les réseaux et sur notre site est et reste de montrer notre opposition à la corrida dans le maximum de communes possibles, que ce soit par des actions associatives ou citoyennes. C’est pourquoi le CRAC Europe vient de décider d’alléger le planning d’actions prévues à Alès : seul le happening du 16 mai aura lieu, la manifestation du 17 mai étant annulée. Les militants intéressés par d’autres actions dans la région pourront ainsi plus facilement y participer.

Rappelons à cette occasion que seuls les aficionados peuvent se plaindre de « concurrence » entre manifestations lorsqu’elles se multiplient. Les vrais militants, eux, s’en félicitent. Dans les mois à venir, il va arriver à plusieurs reprises que deux à trois corridas aient lieu le même jour dans des communes différentes. Nous appelons les manifestants à s’organiser le plus tôt possible pour pouvoir se répartir sur de tels événements simultanément afin qu’aucune commune de sang n’échappe à la pression de notre présence.

Nous avons encore eu la preuve récemment que cette stratégie est efficace : la novillada de Saint-Paul-lès-Dax du 11 juillet 2015 a été annulée uniquement parce que le club taurin local n’a pas été en mesure de pouvoir payer des forces de sécurité suffisantes pour faire face à la venue prévisible de manifestants anti-corrida. Le trésorier du club taurin a précisé qu’il aurait dû louer les services de dix vigiles à 150 euros pièce, ce qui dépassait largement son budget. Raison de plus pour accentuer la pression dans le plus grand nombre de villes possible.

Roger Lahana
Vice-président du CRAC Europe