La liberté d’expression n’existe pas dans les meetings de Hollande, et, si on la revendique, on se fait tabasser… Des militantes contre les spectacles de tortures (corrida) se sont fait frapper (violences commises par le service d’ordre et certains fans de Hollande) dimanche 15 avril à Vincennes. Elles exprimaient pacifiquement leurs attentes et opinions d’une société plus juste, moins cruelle, moins indigne… Les violences ont commencé après l’arrachage des banderoles et le cameraman a dû cesser de filmer pour aller au secours des personnes qui se faisaient frapper.