Sur la page facebook de José Enrique Zaldivar, le veterinaire qui a fondé l’association de vétérinaires anticorrida en Espagne, très riche en renseignements, on lit qu’il existe un autre « truc » caché derrière le premier tertio (de pique) : l’étrier du « picador », caché derrière la « protection » du cheval, consiste en un bloc en fer pesant plus de 30 kilos contre lequel la tête du pauvre animal vient se choquer, des fois les yeux écrasés.

Résultat : 60% des taureaux ont le crâne fracturé pendant cette première étape de la « lidia » !

Ce fait est dénoncé par un chroniqueur taurin depuis 30 ans sans qu’aucun vétérinaire ne l’écoute, selon ses propres mots : « L’impardonnable est que les éleveurs et les vétérinaires eux mêmes chargés d’examiner les taureaux après la mort n’aient jamais dénoncé les énormes dégâts sur la tête et les yeux causés par cet étrier » ! (…). »

Partage

Shares