Le mardi 30/07/2013, je reçois un appel d’un agent de la SDIG (Sous-Direction de l’Information Générale – Ex RG) pour me proposer un entretien avec les services du Ministère de l’Intérieur à l’occasion de la venue de Manuel VALLS à MIMIZAN.
Christophe LEPRETRE, responsable du réseau ANIMAVIE, recevait la même proposition.

Initialement prévu à 15h30, nous avons été reçu : Carole SALDAIN, Christophe LEPRETRE et moi-même à 16 heures, dans les locaux de l’école primaire de MIMIZAN, ce 1er août 2013.
J’avais décidé d’inviter Carole SALDAIN en qualité d’organisatrice de la manifestation de BAYONNE, le 9 août 2013.

Madame Annabelle VANDENDRIESSCHE, Chef Adjoint de Cabinet du Ministère de l’Intérieur accompagnée par un fonctionnaire des services de la Préfecture des Landes était désignée pour écouter nos doléances concernant les corridas.

Je demande à Mme VANDENDRIESSCHE : « quelle est la position de Manuel VALLS concernant la démocratie ». Sa réponse est : « oui, bien entendu que M. VALLS est pour la démocratie… ».
Carole SALDAIN : « Alors, expliquez nous pourquoi depuis plus d’un an la proposition de Geneviève GAILLARD est bloquée ! La réponse de Mme VANDENDRIESSCHE est que : « la proposition de loi ne peut pas être bloquée puisque interne au Parlement ».
Je lui précise que des députés ont rapporté au CRAC Europe que cette proposition de loi était bien bloquée par le Ministère de l’Intérieur.
Nous avons rajouté que cela générait des troubles au sein de l’hémicycle et au niveau des citoyens français.
Mme VANDENDRIESSCHE nous dit : « qu’elle ne peut pas répondre à cette question, étant donné qu’elle n’est pas avec les élus et qu’elle n’en avait pas entendu parler ».
Nous lui demandons de nous tenir informés sur ce sujet là !

Nous lui avons également exposé le fait que les villes tauromachiques laissaient l’accès aux mineurs dans les arènes ; alors qu’en Catalogne espagnole, l’interdiction avait été votée pour les moins de 14 ans, avant l’abolition totale de cette pratique. Nous lui rappelons qu’en France, il serait souhaitable qu’une loi puisse protéger nos enfants.

Christophe LEPRETRE ajoute qu’à MONT-DE-MARSAN, il y avait eu des problèmes à ce sujet là.

J’interpelle Mme VANDENDRIESSCHE : « Pour que la démocratie soit respectée dans ce pays, il faudrait enfin arriver à un REFERENDUM concernant les corridas ! » Elle esquive en souriant…

Carole SALDAIN demande : « qu’en est-il du positionnement du ministère face aux arrêtés municipaux interdisant aux antis corrida d’être à moins de 500 mètres des arènes ? ».
Les maires des villes taurines (le cas de CAPTIEUX) abusent ainsi d’arrêtés pour nous tenir à distance des arènes. La réponse de Mme VANDENDRIESSCHE : « elle n’a pas connaissance d’un quelconque positionnement ».

Carole explique que le Sous-Préfet de BAYONNE a pris connaissance des arrêtés abusifs pris par M. Jean GRENET, Maire de BAYONNE.
Afin de pouvoir manifester pacifiquement, le Sous-Préfet conseillait de faire remonter cet arrêté à la DLPAJ (Direction des Libertés Publiques et des Affaires Juridiques du Ministère de l’Intérieur).
Carole précise qu’à ce jour, nous n’avons toujours aucune réponse de la DLPAJ et que si les services de l’Etat veulent que les manifestants restent pacifiques, il faut arrêter de les parquer abusivement.
Nous revendiquons notre droit démocratique à manifester.
Mme VANDENDRIESSCHE réplique en disant que : « le Maire prenait des arrêtés en qualité de ses pouvoirs de police en cas de troubles à l’ordre public ».

Lors de chaque dépôt de déclaration de manifestation nous faisons en sorte de nous arranger avec les services de la SDIG afin qu’il n’y ait aucun trouble à l’ordre public.

Mme VANDENDRIESSCHE va se renseigner auprès des services de la DLPAJ.

Carole SALDAIN informe Mme VANDENDRIESSCHE que la ville de BAYONNE vient d’acquérir pour un montant d’1 million d’euros, une maison pour y faire construire un coralés pour y recevoir les 69 taureaux qui seront massacrés à BAYONNE.
Nous nous posons la question : Comment une ville endettée à hauteur de 415.000 euros pour l’année 2012, peut débloquer autant d’argent sans que les contribuables soient au courant !

J’enchaîne ensuite sur les débordements qui ont eu lieu lors de la manifestation anti corrida de RIEUMES (dont Mme VANDENDRIESSCHE avait eu connaissance), liés au fait que les aficionados ont eu toute liberté pour venir nous narguer ; alors que nous, manifestants nous sommes bloqués, parqués.
Nous lui rappelons que nous aussi, nous sommes des citoyens et que s’ils ne voulaient pas de débordements, il fallait également surveiller les aficionados.

Christophe LEPRETRE rappelle l’exception de MIMIZAN qui n’a pas la fameuse tradition ininterrompue pour pouvoir prétendre aux corridas. La ville de MIMIZAN organise encore des corridas, malgré sa parfaite illégalité rendue possible par la jurisprudence.
Il informe également que depuis ce mercredi 31/07 il fait une grève de la faim pour requérir l’annulation de la corrida du 24/08/2013.

Au bout de trente minutes, le fonctionnaire accompagnant Mme VANDENDRIESSCHE nous indique que le temps nous étant imparti va prendre fin, car Mme VANDENDRIESSCHE doit rejoindre le cortège de Manuel VALLS.

Nous terminons l’entretien en rappelant à Mme VANDENDRIESSCHE que désormais le mouvement anti corrida va s’intensifier sur toutes les villes tauromachiques et que de plus en plus de sympathisants adhèrent à l’idée d’abolir les corridas.
Il est à noter que Mme VANDENDRIESSCHE a montré de l’intérêt à nos requêtes, a pris des notes tout au long de l’entretien et nous a assuré qu’elle répondrait à nos interrogations par courrier.

En marge de notre entretien, deux manifestantes sont allées avec leurs pancartes devant l’Office Intercommunal de tourisme, afin de pouvoir être visibles au point presse de Manuel VALLS. Les gendarmes leur ont imposé catégoriquement de ranger leurs pancartes…

A notre sortie, nous décidons d’aller nous poster également près du point presse de Manuel VALLS.
Nous n’étions pas les seuls à attendre Manuel VALLS, puisque Julien LESCARRET (ancien torero) était également posté devant une porte, sans doute pour inviter M. VALLS à assister au festival taurin organisé le soir même à MIMIZAN, sponsorisé par l’AMTF (Association des Matadors de Toros Français), et Paul RICARD…
Carole et moi-même espérions pouvoir aborder M. VALLS, pour l’interpeler sur sa position personnelle sur la corrida et l’utilisation de son pouvoir de ministre pour défendre cette pratique ? Pendant notre attente, les personnes de la SDIG nous ont fait la conversation afin de nous maintenir à l’écart… c’est ainsi que Manuel VALLS avec son équipe est sorti par une porte dérobée afin que personne ne puisse l’approcher !
Il est à noter que son convoi de garde rapprochée comprenait une dizaine de véhicules…

A 19 heures, nous retrouvons ce même Julien LESCARRET en train de distribuer des tracts pour le festival taurin dans la rue principale menant à la plage, avec sur ses pas, un de nos manifestants pour distribuer des tracts anti-corrida !

Avec une manifestante nous voulions avoir des renseignements sur ce festival taurin. Nous nous sommes rendus à l’office de tourisme, prétextant vouloir assister au festival, précisant qu’on avait des enfants, et s’interrogeant sur d’éventuelles scènes choquantes. L’hôtesse d’accueil de l’office de tourisme nous demande : « avez-vous déjà assisté à une corrida ? ». Non…
« Ah oui, ce serait mieux pour pouvoir expliquer aux enfants, car vous savez bien que la corrida est un sujet TABOU ».
Et nous d’insister :
« Mais de quoi il s’agit exactement : un festival taurin agrémenté de spectacles : sauteurs landais, échassiers, etc… ».
Elle finit par nous dire qu’il s’agit également d’un spectacle de mise à mort.

Les aficionados redoublent d’imagination pour recruter de futurs afiocs.
Derrière le « festival taurin de MIMIZAN », il fallait comprendre une CORRIDA déguisée avec 6 MISES A MORT BIEN REELLES !

Laurent GOULEFER
Délégué CRAC Europe pour la Gironde


Retrouvez le communiqué de presse ici.