Opération d’une ampleur sans précédent pour soutenir les propositions de loi visant à l’abolition de la corrida en France

Les 925 parlementaires français ont reçu chacun un exemplaire du livre « Corrida la Honte – Les dessous de la tauromachie » ce lundi 15 septembre

Nîmes, le 15 septembre 2014 – Une opération d’une ampleur sans précédent dans le combat pour l’abolition de la corrida a été réalisée lundi matin au Sénat puis à l’Assemblée nationale. Au total, 925 exemplaires du livre « Corrida la Honte – Les dessous de la tauromachie » ont été distribués aux 348 sénateurs et aux 577 députés français. Un courrier personnalisé était joint, suivant que les parlementaires concernés avaient ou non exprimé publiquement leur soutien à l’une des quatre propositions de projet de loi (PPL) abolitionnistes actuellement déposées mais toujours pas mises à l’ordre du jour (trois à l’Assemblée et une au Sénat), ou à l’une des PPL de même nature déposées dans une précédente législature. Le but de cette opération est de leur fournir les résultats d’une enquête solidement étayée de plus de deux ans sur le monde souvent opaque de la tauromachie en France, ceci afin de les inciter à soutenir l’une des PPL en cours de validité.

Pour rappel, les PPL concernées ont été déposées fin 2013 à l’initiative de Laurence Abeille (députée EELV), Geneviève Gaillard (députée PS), Damien Meslot (député UMP) et Roland Povinelli (sénateur, PS). Elles demandent toutes l’abrogation de l’alinéa 7 de l’article 521-1 du Code pénal (sections Crimes et Délits), ledit alinéa autorisant par exception certains départements à pratiquer des « sévices graves et actes de cruauté » envers un animal si « une tradition locale ininterrompue peut être invoquée ». C’est notamment le cas de 11 départements du sud de la France où la corrida est autorisée. Dans les 90 autres, la corrida est punie de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende. Consulté en septembre 2012, le Conseil constitutionnel avait considéré que cette inégalité des Français devant la loi était conforme à la Constitution, tout en précisant dans son rendu que la corrida relevait bien de « sévices graves et actes de cruauté » envers un animal.

Outre cette définition juridique, le livre « Corrida la honte – Les dessous de la tauromachie » permet de découvrir la réalité de la corrida : fraudes imputables au monde de la tauromachie, fonctionnement économique basé sur un gaspillage de subventions publiques (condition sine qua non de sa survie), inversion des valeurs chez les jeunes enfants confrontés à la violence des arènes, traumatismes attestés par des experts de l’enfance chez les plus sensibles, violences sur les personnes, etc.

L’opération de distribution des 925 exemplaires de « Corrida la honte – Les dessous de la tauromachie » n’a pu être réalisée que grâce au soutien indéfectible de partenaires qui en ont assuré le financement. Le CRAC Europe remercie à cette occasion la Fondation Brigitte Bardot, l’association belge Animaux en Péril, la Société Nationale pour la Défense des Animaux ainsi que les Éditions du Puits de Roulle.

Il est à noter que, dès la sortie du livre « Corrida la Honte – Les dessous de la tauromachie » en mai 2014, le lobby tauromachique l’a attaqué en référé en vue d’en interdire la couverture montrant un fait-divers survenu sur la voie publique à Nîmes en 2012 : la statue d’un torero local, située devant les arènes de la ville, avait été souillée pendant quelques heures de faux sang. C’est la sculptrice de cette statue, soutenue par l’Observatoire National des Cultures Taurines (ONCT), qui a déposé plainte pour non respect de ses droits patrimoniaux. Après plusieurs erreurs de procédure commises par l’avocat de l’ONCT, ce qui a au passage offert une large exposition médiatique à l’ouvrage et propulsé ses ventes jusqu’à épuisement du premier tirage, le jugement a finalement été rendu public ce même lundi 15 septembre peu avant 18h et confirme l’interdiction de la couverture, avec un délai de huit jours pour que la maison d’édition se mette en conformité.

Les exemplaires ayant été distribués aux parlementaires avant le rendu du tribunal, il s’agit bien de la version du livre avec sa couverture désormais interdite.

On notera que le seul élément dont le lobby taurin a obtenu la censure est la couverture du livre et non son contenu. Un nouveau visuel viendra donc remplacer l’ancien dans les prochains jours, sans que les faits dénoncés à l’intérieur du livre n’aient jamais été remis en question.

Une version augmentée du livre est d’ores et déjà en cours de finalisation pour inclure d’autres événements marquants survenus depuis la publication de la première édition : rapport accablant de la Cour des Comptes sur le déficit cumulé des corridas dans la ville de Bayonne depuis 2006, violences sans précédent à l’encontre de manifestants pacifiques à Maubourguet, arrêtés illicites visant à restreindre le droit de manifester des abolitionnistes, etc.

C’est pourquoi il est plus que jamais urgent de mettre à l’ordre du jour des deux chambres un réel débat suivi d’un vote sur l’abolition de la corrida.

Pour le CRAC Europe et ses partenaires,
Roger Lahana
Vice-président du CRAC Europe, auteur de « Corrida la Honte »
r.lahana@anticorrida.com
06 11 54 02 83