Lettre adressé à Stéphane Bern

Cher Stéphane Bern,

Nous vous adressons ce courrier suite à l’émoi provoqué par les très graves accusations proférées par l’écrivain, Marine de Tilly, à l’occasion de la sortie de son livre, « Corridas ». C’était le 10 avril 2008 dans votre émission, « Le fou du roi ». Cette personne affirmait de manière péremptoire que ce sont les anticorrida,assimilés par deux fois à des lanceurs de cocktail molotov, qui ont commis l’attentat contre le domicile du directeur des arènes de Nîmes, Simon Casas en 2004. Et le pire, c’est que personne n’a réagi à ces propos diffamatoires passibles de poursuites judiciaires.

J’étais présent sur votre plateau, lors de l’émission « L’arène de France » le 25 avril 2007, consacrée à la corrida. Cette fois encore, Simon Casas avait accusé les anticorrida. Je vous rappelle que j’avais été mis en garde à vue et perquisitionné quelques jours après cet attentat. J’ai été, bien entendu, lavé de tout soupçon.

Le CRAC avait bien évidemment condamné par voie de presse cet acte criminel. L’enquête est toujours en cours. La police, d’ailleurs, n’écarte aucune autre piste. Y compris celle d’un réglement de compte entre « taurins »… Il vous faut savoir que dans ce milieu très « obscur » de la tauromachie, on ne compte pas que des amis… Nous tenons à votre disposition des articles de presse allant dans ce sens.

Mais quelle opinion vos auditeurs se feront-ils des militants anticorrida s’ils n’entendent que Mr Casas et Mme de Tilly ?

Pour cette raison, cher Stéphane Bern, au nom des 700 personnalités qui ont signé à ce jour le manifeste du CRAC pour l’abolition de la corrida et qui nous cautionnent, nous vous demandons de nous accorder un droit de réponse bien légitime sur votre antenne.

Nous vous en remercions à l’avance Bien cordialement

Thierry Hély
chargé de communication du CRAC
ww.anticorrida.com