Interview donnée par Paolo Barbon à l’émission L’Urlo Animale, le 14 avril 2015

Traduction en Français

Bonsoir Paolo, Merci d’être avec nous ce soir. Parle- nous du Tour Turin Alès contre la tauromachie.

Oui. Comme tous les ans en mai à Alès se déroule une manifestation contre la corrida. En France, au dessus de Montpellier. Le CRAC Europe y organise une manifestation, le samedi 16 mai dans l’après-midi. Cette année, comme il y a deux ans, je ferai Turin Alès à vélo pour sensibiliser les gens au problème de la tauromachie. Parce que, malgré tout, bien que la corrida soit en déclin, bien que les administrations offrent les billets, malgré les nouvelles générations, un peu comme pour la chasse, elle existe encore. En France il y a un premier ministre aficionado, donc la police est très sévère envers les manifestants anticorrida. La corrida continue à exister et la vie est très dure pour les antis. Et cette année de ce fait j’ai décidé d’entreprendre ce voyage.

Il y a donc un fil conducteur qui relie cette initiative au Basta Corrida Tour de l’an dernier, c’est juste ?

Oui, Alès est une des étapes de ce Tour. Nous y étions en août dernier où nous avons fait une manifestation en compagnie de beaucoup de militants Français . Donc oui un fil conducteur continu et cette année en mai, je pédalerai de nouveau vers Alès, peut-être pas seul, j’espère, si quelqu’un veut bien m’accompagner. Cela fait partie de la lutte côté italien contre la corrida. Même si nous sommes en Italie, nous ne devons pas oublier que le pays malheureusement finance la corrida. De manière indirecte, le ministère de l’agriculture donne de l’argent aux élevages de taureaux qui continuent à survivre ainsi. C’est donc quelque chose qui concerne de près l’Italie et toute l’Europe.

Existe-t-il un moyen qui permette aux italiens de te suivre sur le parcours et de suivre la manifestation dans la ville ?

Oui, nous avons essayé avec des amis du parti Ecoanimalista d’organiser deux bus, l’un au départ de Turin et l’autre de Milan, pour participer à la manifestation. Pas sûr qu’on réussisse à les remplir, il ne reste pas beaucoup de temps… Bientôt nous créerons un évènement FB pour la manifestation d’Alès, sur lesquels les personnes qui le souhaitent pourront réagir.

Quelles sont les sanctions et les réactions à l’encontre des militants français ?

L’an dernier à Alès a été activé un plan Vigipirate. En quelque sorte les anticorrida ont été assimilés à des terroristes et repoussés à plusieurs centaines de mètres des arènes. La police française est beaucoup plus sévère qu’en Italie à l’égard des militants. Par exemple, le cas de Jean-Pierre Garrigues, le président du CRAC Europe. À Maubourguet, dans le sud ouest, il participait pacifiquement à une manifestation non déclarée en tant que simple citoyen. Cette manifestation avait été organisée sur les réseaux sociaux. Il a été malmené physiquement, arêté , il a eu un procès et a été condamné sans preuves et en un temps record à environ 6 000 euros…le but est de façon évidente d’affaiblir le CRAC Europe à travers son président qui est très actif. En effet, parallèlement en 2011 à Rodilhan, toujours dans le sud ouest, des aficionados ont agressé et frappé des militants dans une arène. Les responsables ont été identifiés sur les vidéos enregistrées mais il n’y a toujours pas de procès en vue…

Les initiatives, les actions qui se déroulent en France sont particulièrement importantes car généralement quand on pense à la corrida, on pense à l’Espagne…

La corrida est associée à l’Espagne, mais c’est aussi une réalité en France : Elle a été inscrite au Patrimoine Culturel Immatériel du pays. Même s’il existe des lois en France qui protègent les animaux, même si une très large majorité des français ne veulent plus de la corrida, cette maltraitance   perdure parmi les pires, pour le simple amusement d’une petite « élite ».

Veux-tu nous parler encore de quelque chose  au sujet de la pratique de la corrida ?

Oui, je le dis dès que possible, la corrida est une énorme supercherie. Si le taureau entrait dans l’arène au maximum de ses possibilités, le toréro n’aurait que peu de chances de s’en sortir vivant. Le taureau lui n’a aucune chance : Avant même de rentrer dans l’arène, il est « préparé », blessé, affaibli . Une fois dedans les blessures continuent avec piques et banderilles…Il est presque mort quand le toréro entre en scène . Cette partie de la séance ne dure pas trop longtemps car il risquerait de comprendre le jeu de déplacements du toréro … C’est une pratique cruelle et malhonnête envers celui qui a payé son billet car il ne s’agit pas de courage.

Pour terminer, tu veux ajouter quelque chose ?

Oui, mon but est d’attirer l’attention d’encore plus de gens sur ce problème. L’année dernière nous étions une cinquantaine dans le bus. Ce serait bien de recommencer cette année même s’il ne reste plus beaucoup de temps . Celui qui est intéressé peut se rendre sur mon profil Facebook pour prendre contact.

Nous remercions Paolo pour la générosité de son engagement contre la corrida et pour le temps qu’il nous a consacré.

Paolo Barbon sera présent à la manifestation d’Alès, le 16 mai prochain et toi ?