Des associations abolitionnistes reçues par une représentante de Manuel Valls, le 1er août 2013

Sans aucune demande initiale de la part des associations concernées, les services du ministre de l’intérieur ont proposé une audience au CRAC Europe (Laurent Goulefer), au collectif basque Euskal Herria Bayonne Anti Corrida (Carole Saldain) et au réseau Animavie (Christophe Leprêtre). Nous saluons cette première de la part de M. Valls.

Madame Annabelle Vandendriessche, Chef Adjoint de Cabinet du Ministère de l’Intérieur accompagnée par un fonctionnaire des services de la Préfecture des Landes ont pu écouter nos doléances concernant les corridas, à l’occasion du déplacement du ministre à Mimizan le jeudi 1er août.

Les représentants des associations abolitionnistes ont signifié à la représentante du ministre que nous n’accepterons plus le comportement de M. Valls dont nous savons de source tout à fait sûre qu’il fait pression depuis plus d’un an sur les députés abolitionnistes et qu’il bloque la proposition de loi pour l’abolition de la corrida que la députée PS Geneviève Gaillard s’était engagée à déposer dès l’été 2012. Madame Vandendriessche prétend que M. Valls est pour la démocratie. Alors qu’il le prouve… Laurent Goulefer, délégué du CRAC Europe pour la Gironde a demandé la mise en place d’un référendum afin de recueillir l’avis des citoyens.

La manifestation anticorrida prévue à Bayonne le 9 août a également été évoquée. Un arrêté municipal abusif du maire M. Grenet a été envoyé à la DLPAJ (Direction des Libertés Publiques et des Affaires Juridiques du Ministère de l’Intérieur) pour expertise par le sous-préfet de Bayonne. Carole Saldain a demandé que cette expertise soit réalisée au plus vite.

Mme Vandendriessche va se renseigner auprès des services de la DLPAJ.

Il est à noter que Mme Vandendriessche a montré de l’intérêt à nos requêtes, a pris des notes tout au long de l’entretien et nous a assurés qu’elle répondrait à nos interrogations par courrier.

Par ailleurs, le CRAC Europe n’a pas manqué de rappeler que cette situation intolérable qui voit des élus soutenir une pratique barbare réprouvée par la majorité des français, y compris dans le sud de la France, ne peut que générer des problèmes de plus en plus importants. Entre 2005 et 2012, la disparition des corridas à Fréjus (83), Fenouillet (31), Bourg-Madame et Collioure (66) et la fin du festival « Graine de torero » (30), n’ont généré aucune protestation. En revanche l’utilisation de fonds publics pour maintenir un spectacle dégradant, la gratuité pour les enfants afin d’inciter les parents à venir en famille, et le fait de continuer en 2013 à torturer des animaux pour s’amuser sous couvert de tradition pourrait générer de nombreux troubles.

Le fait que nous ayons été invités montre, nous l’espérons, que le ministre prend la situation très au sérieux.

Pour le CRAC Europe
Laurent Goulefer
Jean-Pierre Garrigues


Retrouvez le compte-rendu détaillé ici.