Après plus d’une année perdue en raison du blocage du dépôt de la proposition de loi socialiste par l’aficionado Manuel Valls et ses amis, nous saluons la formidable initiative des députés d’EELV qui ont parfaitement compris la très forte exaspération des citoyens français face à ce déni de démocratie : l’absence de débat public, tant au niveau local que national sur un sujet de société brûlant. Il s’agit là d’une avancée historique dans notre lutte pour l’abolition de la barbarie des arènes : pour la première fois dans l’histoire de notre pays, des présidents de groupe co-signent une proposition de loi abolitionniste (François de Rugy et Barbara Pompili). Nous félicitons la députée Laurence Abeille pour cette nouvelle avancée qui ouvre non seulement une possibilité de débat, mais aussi la voie de l’abolition que craignent de plus en plus les amateurs de torture tauromachique.

Serge Coronado, signataire de cette proposition de loi, avait déjà signé le manifeste du CRAC Europe en juin dernier à l’occasion de notre présence mensuelle devant l’Assemblée Nationale et nous avait assuré d’un dépôt en septembre. C’est donc chose faite !

Rappelons que le CRAC Europe et ses partenaires (plus de 200 associations réunies au sein du collectif Non à la honte française ! poursuivent les actions pacifiques d’interposition sur le terrain comme à Rion des Landes le 24 août dernier et de nouveau à Rodilhan le 27 octobre prochain.

Par ailleurs, en partenariat avec Droits des Animaux, le combat juridique se poursuit en appel devant le tribunal administratif de Paris pour faire annuler l’inscription de la corrida au patrimoine culturel français. Des « sévices graves et des actes de cruauté » – article 521.1 du code pénal classés au patrimoine français face à une proposition d’abolition de cette pratique honteuse par des députés de la République… Exception française ?

Pour le CRAC Europe

Jean-Pierre Garrigues, vice-président