Le 12 septembre 2012, j’ai adressé un courrier à chaque Député (e) de la région Aquitaine, afin que chacun puisse se prononcer sur sa position sur la problématique des corridas en vue de nos prochaines élections !
Vous souhaitez apporter votre réponse par le biais d’une lettre ouverte transmise à la presse.

Je vous réponds que ce courrier en qualité de délégué du CRAC Europe faisait état de l’exaspération des militants anti-corrida qui gagnent du terrain, mais également de la majorité de nos concitoyens. Le dépôt d’une nouvelle proposition de loi réaffirme la nécessité absolue de passer par la voie législative pour abolir cette pratique infâme.

A ce titre, je vous rappelle M. EMMANUELLI que Mme Laurence ABEILLE et plusieurs de ses collègues du groupe écologiste ont eu le courage de déposer une proposition de loi « relative à la suppression de l’autorisation exceptionnelle des sévices et d’actes de cruauté sur les animaux des corridas ».
Le droit qui est actuellement applicable est une exception injustifiable. Pourquoi de tels actes de cruauté pénalement répréhensibles par le Code Pénal devraient être tolérés dans certaines localités au nom d’une prétendue « tradition locale ininterrompue ». La corrida est tout simplement une boucherie à ciel ouvert !

Vous semblez interpellé par les mots : SEVICES et ACTES DE CRUAUTE, ce ne sont pas des mots issus de mon imagination, ils sont tout simplement écrits dans le Code Pénal.
Alors comment pouvez-vous M. Henri EMMANUELLI, parler de sensibilité de la part des taurins ?

Comment peut-on se repaître de la souffrance et la mise à mort de taureaux, pauvres bêtes torturées pour le plaisir sadique de spectateurs pervers assistant à de sanglants jeux des arènes d’un autre temps ?
Les taureaux meurent dans une douloureuse agonie et une épouvante qui ne peuvent être tolérés dans le pays des droits de l’homme !
Comment ne pas être révolté de se nourrir de l’atrocité de la souffrance animale ?

Il est affligeant de voir que sous prétexte d’une prétendue culture, la corrida gangrène le parti qui prétendait que : « le changement c’est maintenant ! », et qui a dans son gouvernement, M. Manuel VALLS qui affiche résolument son goût prononcé pour la corrida.
Certains choix semblent traduire le reniement des convictions de la grande majorité des français ! Arrêtons de nous voiler la face.
Les Français semblent pris en otage de cette « culture » barbare, c’est pourquoi nous demandons un REFERENDUM.

Recevez, Monsieur EMMANUELLI, tout mon profond respect du VIVANT.

Laurent GOULEFER / Délégué CRAC Europe


Ce courrier a été repris en extraits dans le journal Sud Ouest du 2 octobre