Alès, le 30 août 2012

Lettre ouverte au président de la République française, François Hollande, et au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault

Monsieur le Président de la République,
Monsieur le Premier Ministre,

C’est par André Viard, président de l’ONCT, Observatoire national des cultures taurines, que nous apprenons que Manuel Valls, ministre de la République, a pris part à une tienta (vaches piquées à l’arme blanche).

« Le changement de maintenant, c’est aussi la rupture de l’actuel gouvernement avec la doctrine du précédent, en vertu de laquelle, tout en garantissant les libertés culturelles et notamment la corrida, les ministres en exercice avaient reçu consigne de ne pas se rendre aux arènes afin de ne pas attiser la fureur des fondamentalistes animalistes qui les y poursuivaient de leurs injures et de leurs assiduités » (sic !). « Ministres dans l’arène », édito d’André Viard, 24 août 2012, sur « Terres taurines », www.terrestaurines.com

C’est précisément l’auteur de ce satisfecit qui avait annoncé en avril 2011, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, l’inscription de la corrida de muerte à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel français [10]. André Viard, cet ancien « porte-parole » du gouvernement Fillon, ancien matador de son état et peintre avec le sang d’un taureau supplicié dans l’arène, s’avère donc partisan du nouveau gouvernement socialiste, puisque celui-ci est encore plus complice du lobby de la torture sur bovins que le précédent. Citons Marie-Arlette Carlotti, qui a assisté à des novilladas (supplice à mort de veaux) à Boujan-sur-Libron et à la quasi-totalité des corridas de Béziers.

Il est parfaitement intolérable que ces deux ministres, que la République française paye pour réduire la violence et pour administrer l’empathie envers les plus faibles, soient liés au lobby de la violence tauromachique que les Français réprouvent à plus de 75 %.

Nous voudrions demander à son excellence, Monsieur le Ministre de l’Intérieur, si, à l’instar du sadique François-Xavier Gauroy, il a eu « un réel plaisir » et si les vaches étaient de « vraies vaches neuves » [11].

Nous voudrions demander à son excellence Madame la Ministre chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion comment elle a réussi à étouffer sa conscience morale si tant elle qu’elle affirme « Quand ça vous prend, cela ne vous lâche plus. Maintenant c’est sans culpabilité » [12], et comment elle ose occuper un poste où la compassion, dont on sait bien qu’elle est indivisible, est la qualité sine qua non.

Dans cette période de grave crise économique européenne, pensez-vous qu’il soit normal que la majorité des citoyens européens opposés à cette barbarie continuent à leur insu d’assurer la pérennité de la corrida par le truchement de subventions de toutes sortes ? D’après Danny Penman, en 2008, les subventions européennes détournées pour cette barbarie s’élevaient à des centaines de millions d’euros [13]. Nous attendons les chiffres actuels pour la France.

Pensez-vous qu’il soit normal que le Parti socialiste français se conduise comme le PP espagnol, parti de droite qui, méprisant l’évolution des mœurs en Espagne, n’écoutant pas sa jeunesse, qui déserte les arènes, a l’impudence d’investir les fonds européens dans la tauromachie, pour la seule satisfaction de sa passion morbide pour la torture animale [14] ?

Pensez-vous qu’il soit normal que soit ainsi reniée, sans vergogne, l’essence même du socialisme ? Le socialisme, c’est le refus de la corruption judiciaire et de la barbarie. Le socialisme français est constitué par les messages de compassion de Voltaire, de Lamartine, de Victor Hugo et d’Émile Zola. Ils ont fait avancer notre société en abolissant les coutumes barbares et avilissantes, en élevant l’humanisme cartésien restrictif et fallacieux jusqu’à un humanisme moderne dans un parcours prestigieux qui mène la France de Montaigne à Marguerite Yourcenar et à Claude Lévi-Strauss.

Nous ne laisserons pas notre pays être dégradé par ceux qui bafouent cet humanisme, et nous nous interrogeons sur la raison de l’étrange silence des ministres non aficionado sur la question.

Veuillez agréer, Messieurs les Nouveaux Gouvernants de la France, l’expression de notre haute considération.

Michèle Breut, Vice-présidente du CRAC Europe

Les personnes suivantes ont également été mises en copie :

  • Manuel Valls, ministre de l’Intérieur
  • Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée en charge des Personnes handicapées
  • Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication

Pièce jointe

nous lançons un appel. Quel est le député « normal » qui aura l’intégrité de lire à la tribune de l’Assemblée nationale, lieu de mémoire où résonne encore la voix de Victor Hugo, cet article de Sud-Ouest emblématique de l’hallucinante cruauté desdits taurins ?

C’est l’histoire de la tragédie d’un pauvre matador consolé par une maire de la République française parce qu’il a eu affaire à un taureau « sournois » qui n’a pas voulu se laisser tuer et qu’ils ont tué quand même ! « Acceptant même de revenir sur cette tragédie qui lui fit entendre les trois avis devant son dernier toro. “Il avait de la violence, dit-il, son agressivité m’a débordé à la cape, avec un côté sournois qui m’a posé problème. Pour planter les banderilles al violin, il se défendait beaucoup et levait la tête pour m’en empêcher. À la fin, à l’épée près des planches, c’était très difficile de le tuer.” »

L’article dans le Sud-Ouest