Il existe en Espagne, à côté des corridas, d’autres « festivités » où des taureaux sont maltraités. Par exemple le Toro Enmaromado de Benavente (Zamora) chaque année en juin, ou le Toro Jubilo de Medinaceli (Soria) en novembre.

Mais la « tradition » qui suscite le plus de controverses a lieu dans la province de Valladolid, en Castille-et-Léon. Il s’agit du Toro de la Vega, à Tordesillas, qui a lieu chaque année le mardi suivant le 8 septembre, fête de la Virgen de la Guía. Un taureau est lâché dans les rues de la ville, puis poursuivi par une foule armée de lances, à pied ou à cheval, jusque dans la plaine (la vega), où il est achevé, toujours à la lance. Cette année, ce sera le 11 septembre.

Ces traditions, généralement liées à des fêtes religieuses, sont justifiées par leurs partisans, comme les corridas, à grands renforts de considérations historico-anthropologiques, et bien entendu officiellement déclarées d’intérêt touristique.

Cependant, c’est en Espagne même qu’elles font l’objet d’une opposition croissante, et donnent lieu à des protestations et à des manifestations de plus en plus amples.

Les réseaux sociaux se mobilisent contre le Toro de la Vega :

En juin dernier, des associations ont déposé une pétition de 71 000 signatures au délégué territorial de la Région à Valladolid.

D’autres pétitions sont en cours, sur le site avaaz.org et sur le site change.org.

Notre confrère espagnol José Enrique Zaldívar, président de l’AVAT, a relayé il y a quelques mois un livre dénonçant le Toro de la Vega.

Le COVAC ne peut que s’associer à ces protestations. Même si un seul animal est en jeu, ce spectacle symbolise un type de domination particulièrement morbide de l’homme sur l’animal.

Nous invitons donc à signer ces pétitions, ainsi qu’à :

1) Écrire à la Mairie de Tordesillas :

2) Écrire à l’Office du Tourisme de Tordesillas :

  • page contact : entrer Nom, Adresse e-mail, Sujet [mettre « Toro de la Vega »], écrire ou coller le texte, et cliquer sur « Enviar »)
  • mail :

Voici un modèle de texte rédigé en espagnol :


Distinguidos señores :

Con esta carta como un ciudadano europeo, quiero expresar mi más profunda indignación por la celebración de « El Toro de la Vega ».

Una sociedad civilizada es aquella que avanza atendiendo a la conciencia ética de los ciudadanos. El comportamiento atroz hacia un animal por diversión no se puede justificar ni por tradición ni por interés turístico. El mundo entero está escandalizado con esta fiesta española macabra. Queremos creer que, en respuesta a esta petición y a las protestas masivas de ciudadanos de todo el mundo, usted ejercerá su poder en un acto que le dignifique, eliminando de raíz esta barbarie. Este año, Usted, junto con todos nosotros, vamos a dar un paso hacia la ética, a la moral y a la verdadera cultura de esta época, aboliendo esta práctica cruel del Toro de la Vega y sustituyéndola por otro evento alternativo más acorde con los valores del siglo XXI.

Atentamente.

Les pouvoirs publics espagnols ne sont pas insensibles aux mouvements d’opinion. Ainsi, même si des lâchers de taureaux ont toujours lieu à Coria (Estrémadure) en juin, durant les fêtes de San Juan, il n’est plus autorisé depuis 2009 de les cribler de fléchettes.

Partage

Shares