Jean-Pierre Garrigues répond à ceux qui veulent dissoudre le CRAC Europe et aux taurins aux mains tâchées de sang qui osent affirmer que les anticorridas sont violents.