Le groupe parlementaire Podemos va déposer à l’Assemblée des députés un projet de loi sollicitant la suppression des « spectacles taurins particulièrement cruels « . Sont cités explicitement le Toro de la Vega tel qu’il se pratique à Tordesillas, le Toro de Jubilo de la ville de Medinaceli (Soria) et le Toro de Coria à Caceres, entre autres.

Il s’agit d’un texte réglementaire suggéré par la plateforme LTNEC (La Tortura No Es Cultura) à laquelle pourraient adhérer les députés des groupes Compromis et Gauche Unité Populaire. La plateforme LTNEC dénonce le contournement, par beaucoup de ces spectacles taurins et avec l’assentiment de l’administration locale, des règlements regroupés sous les termes de « fêtes d’intérêt touristique » ou de « spectacles traditionnels », selon Europa Press.

La proposition de loi en question demande la suppression des arguments relatifs à la protection culturelle ou touristique sous lesquels s’abritent ces spectacles. Elle réclame d’autre part une étude précise sur les données économiques relatives aux aides publiques. Par ailleurs, elle réclame que soient menés des travaux scientifiques portant sur la souffrance animale et l’adéquation aux normes des Droits de l’ Enfant telles qu’elles sont prévues par l’ONU. Selon ces normes, les enfants doivent être protégés de toute violence physique ou psychologique.

Pour le représentant du parti Podemos à Valladolid, Héctor Gallego, ces « festivités » ne devraient pas être financées par de l’argent public puisque « même s’il faut respecter les fêtes taurines, nous estimons que certaines de ces fêtes comme le Toro de la Vega doivent changer de forme. Il s’agit en effet d’un spectacle d’une violence excessive », affirme-t-il. Il demande un nouveau règlement permettant d’éviter la souffrance animale ainsi que le danger encouru par les participants. Gallego reconnaît que c’est un discours provoquant la polémique où interfèrent la tradition, l’économie et le tourisme. « Le dialogue fait défaut, alors que des alternatives musicales et culturelles ont déjà amplement démontré qu’elles sont bien plus profitables ».

Le représentant de la Gauche Unie de la région de Valladolid, Salvador Arpa, pour sa part, soutient comme condition non négociable la suppression de la mise à mort. Il y a deux ans son groupe avait déjà présenté une résolution sollicitant la modification des règles du Toro de la Vega.

Source : Podemos llevará al Congreso la supresión del Toro de la Vega (Diario de Valladolid, 7 mars 2016)
Traduction : Beatriz MacDowell