Communiqué de presse

SANTA FIESTA 

Un film documentaire sur le massacre d’animaux dans les fêtes patronales espagnoles, financé grâce à Animal Guardians, à deux associations et à plus de 400 particuliers

Le projet documentaire Santa Fiesta a atteint l’objectif de sa première étape de campagne de crowdfunding sur la plateforme Indiegogo grâce au soutien de Animal Guardians, son principal sponsor, avec un don de 10,000 $. La campagne a été soutenue par plus de 400 personnes originaires d’une trentaine de pays, en rassemblant des forces dans le monde entier afin de changer une réalité qui provoque la mort de plus de 60 000 animaux chaque année en Espagne.

Santa Fiesta comptera, en outre, sur la collaboration de la Plataforma La Tortura no es Cultura et la Red Internacional Antitauromaquia, lesquels travailleront ensemble avec ses créateurs et Animal Guardian afin de terminer le film avec la qualité requise.


Madrid, 17 juin.  En Espagne, on organise 16.000 fêtes populaires où l’on pratique la maltraitance animale provoquant annuellement la mort de 60.000 animaux. Cette réalité est dénoncée par le film documentaire Santa Fiesta, tourné clandestinement pendant 12 mois. Depuis le 17 mai dernier, le soutien de personnes du monde entier a été recherché pour clôturer sa production par une campagne de crowdfunding sur Indiegogo (plateforme leader mondiale quant aux projets cinématographiques à financement collectif).

Cinq jours avant la conclusion de la campagne, Santa Fiesta a atteint son premier objectif, celui de collecter 19.000$, grâce au soutien de plus de 400 personnes de 30 pays. A cela s’ajoute le don de Animal Guardians, organisation qui, tout au long des trente dernières années, a soutenu et financé des projets de protection animale et anticorrida dans le monde entier en devenant ainsi son principal sponsor. « Animal Guardians est engagé pour la prévention à niveau international de la cruauté envers les animaux.  Santa Fiesta propose de créer une prise de conscience sur la réalité cruelle de la tauromachie pour mettre un terme à la maltraitance animale sous toutes ses formes, religieuses et autres »,  résume son directeur exécutif, Gil Michaels.

Des taureaux, des oies, des chevaux, des rats, des pigeons ou des porcs sont les victimes silencieuses du génocide animal dénoncé par Santa Fiesta.  Le film a été  tourné en secret par une équipe de quatre personnes :  le producteur et réalisateur Miguel Angel Rolland, le directeur de la photographie et le cadreur Robeto San Eugenio, le directeur de son Pablo Rodriguez et le photographe Kike Carbajal. Ce documentaire a reçu le soutien et la collaboration de la Plataforma La Tortura no es Cultura (LTNEC), composée de 27 des principales associations de protection animale en Espagne ainsi que de la Red Internacional Antitauromaquia, rassemblant une centaine d’associations de défense des droits des animaux de différents pays, à savoir, l’Équateur la Colombie, le Venezuela, le Mexique, le Pérou, les Etats Unis, l’Espagne, la Hollande, l’Allemagne, la Belgique, la France et le Portugal.

Marta Esteban, présidente de la Plataforma La Tortura no es Cultura et une des porte-paroles de la Red Internacional Antitauromaquia (dont font partie le CRAC Europe et la FLAC) explique ainsi cette collaboration : « Nous soutenons le magnifique travail de Miguel Angel Rolland parce que nous considérons que Santa Fiesta est un documentaire nécessaire pour amener sur la scène publique le débat sur la cruauté des fêtes populaires en Espagne. Il est inacceptable que cela continue à avoir lieu dans notre pays en plein 21ème siècle et nous sommes certains que la diffusion de ce film éveillera les consciences des hommes politiques et des citoyens et contribuera à y mettre un terme. Nous demandons la collaboration de toutes les organisations et de toutes les personnes de bonne foi afin de réunir les fonds nécessaires pour achever ce documentaire avec une qualité optimale de manière à favoriser  un plus large impact. »

Santa Fiesta réunissant ainsi l’ indépendance, le soutien et la qualité de production, pourra changer la réalité de la maltraitance animale dans les fêtes populaires. « Nous voulons que ce soit quelque chose de plus qu’un bon documentaire. Nous nous rassemblons afin de composer un front commun »  souligne son réalisateur, Miguel Angel Rolland. « Il suffit de dépeindre la vérité de ce qui arrive  et nous allons la montrer à tout le monde en un langage universel et indiscutable : des images et de sons. »

Parmi les autres projets de diffusion, il y a celui de la présentation du film dans les principaux festivals internationaux afin d’obtenir une diffusion mondiale. A cette fin, son  producteur, son sponsor et ses collaborateurs estiment qu’il est important de ne pas négliger la qualité du documentaire. Après l’étude des besoins de toutes sortes de la production encore en suspens, ils s’engagent à trouver des fonds nécessaires.  « Pour que ce film atteigne tous les coins du monde et bouleverse les consciences, il faudrait le réaliser avec un maximum de qualité et nous demandons donc à tous ceux qui veulent voir la fin de ces atrocités qu’ils nous aident à le réussir », affirme Marta Esteban. Santa Fiesta continuera à rassembler des fonds au delà du 21 juin, date limite du crowndfunding, grâce au financement ouvert par Indiegogo et aux actions à venir qui convertiront ce documentaire en un travail exceptionnel et durable, a la hauteur des meilleures productions documentaires mondiales.

Le film Santa Fiesta, par la documentation des fêtes populaires telles que le « Toro de la Vega », « Las Luminarias » ou le « Bous a la Mar », « unira visuellement les tortionnaires aux victimes et aux spectateurs ».  Mais le film est également un projet trans-médiatique, présent sur les principaux réseaux sociaux Twitter, Facebook, Instagram, Youtube, avec  l’objectif de « créer une communauté internationale d’échanges constituant une pression suffisante et ainsi mettre un terme au génocide animal en Espagne », rappelle Miguel Angel Rolland.  Tous ces réseaux  véhiculent déjà un contenu qui s’amplifiera jusqu’à la sortie du film, prévue pour 2016.

Plus d’information :

Karol Silva -Miguel A. Rolland

Contact Animal Guardians, LTNEC et Red Internacional Antitauromaquia

Marta Esteban

Site officiel : http://santafiesta.es