Toro, c’est trop !!!!

On a du mal à y croire. Nous ne sommes pas le premier avril. L’info serait donc véridique ? Est-ce possible ????? Est-ce possible que nous n’ayons d’autres programmes pour nos enfants, d’autres ambitions, d’autres desseins, que de les familiariser avec la barbarie, l’horreur, la torture ? N’ y a-t-il rien de plus urgent,de plus pressant, de plus intéressant, dans ce monde de brutes, de violences, de haines, que de leur enseigner les traditions les plus ignobles, les plus inhumaines, les plus honteuses de notre société ? Je ne suis pas de Saint Gilles , je n’ai pas d’enfant dans votre commune, heureusement, car je l’en aurais retiré. Se peut-il qu’aucun parent ne réagisse dans mon sens ? Je ne peux le croire. Mais j’ai honte. J’ai honte, une fois de plus, de vivre dans un pays qui ne se pose pas plus de questions, qui peut pratiquer, soutenir, défendre, et enseigner à ses enfants, de telles atrocités. Les petits princes d’aujourd’hui ne demanderont plus de dessiner un mouton, mais un taureau. Pourquoi pas si c’est pour l’apprivoiser, le caresser, l’aimer, s’en faire un ami, le parrainer, comme cela se fait par ailleurs ?
Mais non, à Saint Gilles, c’est pour apprendre à le haïr, à le torturer, à le faire saigner, à le faire souffrir, à se réjouir de le voir tomber, les flancs lacérés, sanguinolent de partout, bavant de rage, et de douleur, crachant rouge, rouge, rouge, rouge de rage et de douleur, comme je le suis ce soir de honte.
Après le dessin, sans doute passerez vous aux travaux pratiques, sans lesquels la leçon risque de ne pas laisser suffisamment de traces dans les innocentes mémoires. Bravo donc, bravo pour cette vision quelque peu originale de « l’éducation ».

Yves Le Car

Partage

Shares