Nous étions hier au tribunal de grande instance (TGI) de Nîmes, mon éditrice ayant été assignée en raison de la couverture de « Corrida la honte ». La sculptrice Serena Carone estime en effet que nous n’avons pas le droit d’utiliser une photo montrant un fait-divers qui s’est produit sur la voie publique en septembre 2012. La statue qu’elle a créée avait été maculée d’un produit colorant, comme l’avait rapporté le Midi Libre.

Le droit est une discipline complexe. Quand on se retrouve assigné devant un tribunal, on a intérêt à choisir le meilleur avocat possible. L’avocat de la plaignante, Maître Para, avait décidé de nous assigner au TGI de Nîmes. Notre avocate, Maître Nguyen Phung, a objecté que, depuis fin 2010, ce tribunal n’était pas compétent pour une affaire relevant du droit de la propriété artistique. Dans la région, le seul qui l’est est celui de Marseille.

Du coup, l’audience a tourné court. Maître Para, bien qu’inscrit au barreau de Nîmes, l’ignorait.

Il a donc demandé un report pour revoir son dossier. Le juge a proposé une nouvelle audience pour le 25 juin si c’est toujours à Nîmes que Maître Para veut plaider malgré tout. Si Maître Para rejoint Maître Nguyen Phung dans son analyse, il pourra toujours nous assigner à Marseille, avant ou après le 25 juin.

MISE A JOUR (12h) : la prochaine audience aura lieu le 11 juin à Marseille.

Un journaliste qui m’attendait à la sortie de la salle m’a demandé, entre autres questions et avec un grand sourire entendu, si ça ne nous arrangeait pas que cette histoire soit jugée ailleurs qu’à Nîmes, ville – selon lui – largement sous influence pro-corrida. Je lui ai répondu que c’était à Maître Para qu’il fallait poser cette question puisque c’est lui qui a voulu nous assigner à tout prix à Nîmes.

Franchement, tout cela nous est un peu égal : nous, notre dossier est prêt. Et, en attendant qu’il y ait une décision de justice disant le contraire, mon livre continuera à être diffusé avec sa couverture telle qu’elle est.

L’illustration « Attention il a un livre » a été diffusée fort à propos par Francis Allouchery sur Facebook hier