Merci à tous d’avoir été présent à Bayonne, pour dénoncer l’inacceptable de cette barbarie Tauromachique. Merci à toutes les associations de défense contre la cruauté. Un grand merci à Jean Pierre Garrigues, et toute l’équipe du CRAC Europe. A tous les manifestants qui se sont déplacés pour dire stop à cette barbarie, et qui se déplacent chaque week end, pour ce qui leur semble juste, dénoncer la cruauté, devrait être un devoir citoyen. Merci à tous qui nous rejoignent de plus en plus, sur Euskal Herria Bayonne Anti Corrida, et qui ont déployé beaucoup d’énergie de cœur, pour aider à cette manifestation. Merci aux Basques, qui ont pris le risque de nous rejoindre, habitant ici je sais que ce n’est pas évident. Merci à ceux qui cachés tout autour se reconnaitront, un grand Merci à eux.

Je garderai en mémoire ces jeunes, qui sont venus nous demander, les DVD No Corrida qu’on proposait de donner gratuitement, et qui se sont tous cotisés pour nous faire un don. Tous les Bayonnais qui dans leurs voitures où à leurs fenêtres nous applaudissaient, certain en sortant le drapeau Basque.

Le matin de cette manifestation, nous avons été reçus par le Maire et ses adjoints une grande première à Bayonne, d’avoir accepté de recevoir une délégation anti corrida du CRAC Europe et d’ Euskal Herria Bayonne Anti Corrida. Vous avez le compte rendu sur la page du CRAC Europe. Pour un dialogue des plus courtois, mais pour eux il est logique que des enfants aillent aux corridas, logique que tout cet argent soit dépensé, alors qu’il serait utile ailleurs.

Malgré le comité d’accueil à la boucherie proche des arènes, qui vend de la Daube de taureau où ils nous ont fait plus rire que peur, nous sommes restés dans le dialogue et pacifique. Pour finir en direction des arènes, où stoppés par les CRS nous avons fait un vacarme incroyable pour qu’ils nous entendent dans les arènes, ce fut le cas, car chaque anti qui étaient déjà en place aux arènes nous disaient ils sont dérangés par le bruit et les fumigènes, les pauvres. Sous la pression de responsables des arènes non identifiés, les forces de l’ordre ont fini par exiger avec brutalité l’arrêt des sirènes que l’arrêté municipal n’interdisait pourtant pas. Le CRAC Europe et Euskal Herria Bayonne Anti Corrida dénonce ce nouvel abus de pouvoir qui confirme un mépris de la légalité récurrent dans les villes taurines.

Merci à tous

Carole Saldain
Euskal Herria Bayonne Anti Corrida
Déléguée du CRAC Europe pour le 64