Notre 8ème stand d’information anticorrida en Arles s’est tenu le 8 août 2015. Nous avons obtenu 44 signatures de plus à notre pétition, ainsi que quelques ventes de t-shirts, casquettes, cartes Charlie, badges, auto-collants…

Nous étions les trois habituels – Cyril, Domi et Joëlle – auxquels se sont ajoutés Joël et Louane de Salon ; Louane, notre plus jeune militante, 7 ans, tendant ses tracts « pour l’abolition de la corrida » : trop chou. Merci à eux…

Temps magnifique. Beaucoup d’Arlésiens, moins de touristes qu’en juillet ; ils découvrent l’existence dans cette belle ville de sang , les visuels attirent les gens, surtout avec des affiches gros plan de cette barbarie, précieusement préparés par Joëlle. De moins en moins de refus, quelques gros mots, des arguments comme « la feria rapporte de l’argent à la ville », « sans corrida, la race s’éteindra », ce qui nous permet d’argumenter et converser avec les Arlésiens et Camarguais surtout, car les touristes, eux, sont horrifiés et s’approchent de suite pour signer et prendre des tracts. Certains nous disent qu’ils iront voir le site.

Nous avons vécu notre première agression. Table retournée, grilles-présentoirs jetées au sol. La détermination et la carrure de Cyril ont freiné l’agresseur qui n’est autre que Paquito Leal, professeur à l’école taurine d’Arles, ancien banderillero et matador, fondateur voici 25 ans de cette école. Après sa glorieuse action, très critiquée par des témoins, même pros, il s’est permis de nous photographier, me menaçant de prévenir le maire. Mais que croit-il ? On est en France ! En démocratie, notre stand est déclaré. Il se dit Charlie sur Facebook et a jeté au sol des cartes dessinées par les assassinés de Charlie ! J’irai porter plainte.

Bon contact avec la police nationale.

Merci à tous – ceux qui organisent, ceux qui relaient et partagent les infos, ceux qui viennent : MERCI POUR LES TAUREAUX. Une Arlésienne m’a fait chaud au cœur quand je l’ai remerciée pour sa signature, elle m’a répondu : non c’est nous qui vous remercions.

Voilà encore une belle matinée, un peu mouvementée.

Dominique Arizmendi, déléguée CRAC Europe (13)

Partage

Shares

Galerie