Les militants locaux ont tenu un nouveau stand à Arles ce 21 mai 2016, alors que d’autres préparaient le happening anticorrida de Montpellier organisé par FUDA le même jour, auquel le CRAC Europe participait également.

Stand habituel avec drapeaux, affiche, panneaux avec affichettes, articles de la boutique : flyers du CRAC Europe et de la FLAC en trois langues (merci à eux), livres, les DVD « Derrière les murs » et « Rodilhan », badges, cartes postales Charlie – que beaucoup de personnes ne savaient pas anticorrida -, T-shirts, casquettes et bien sûr la pétition.

Nous nous entretenons avec les Arlésiens et régionaux et nous expliquons aux touristes ce qu’est la corrida – ses mensonges (préparation du taureau, l’afeitado, la souffrance des chevaux ), ses faces cachées ( musique, habit de lumière…), la réalité des fraudes financières et fiscales, le financement par nos impôts des communes jusqu’à l’Europe, l’existence des écoles taurines comme celle d’Arles, l’accès gratuit pour les jeunes enfants et l’existence des sept propositions de projets de loi déposées par des députés de tous bords pour l’abolition de la corrida.

Encore une fois, les Arlésiens nous disent d’eux-mêmes que la corrida n’est pas leur culture, qu’elle n’a rien à voir avec les traditions locales et que l’ambiance tauromachique espagnole qui augmente dans leur ville les insupporte, ainsi que les dépenses allant de pair.

Nous suggérons aux Arlésiens de se rendre à l’école taurine arlésienne aux corrales, qu’il se rendent compte eux-mêmes, de leurs yeux et oreilles. Nous parlons des avancées de la cause anticorrida en Espagne et de la manifestation unitaire de Mont-de-Marsan du 23 juillet.

Nous avons entendu aussi des arguments d’une mauvaise foi extraordinaires ; outre les rengaines habituelles, que tout le monde connaît, nous avons eu à trois reprises « non, ils ne sont pas torturés » et encore mieux : « le taureau n’est pas torturé, il est sublimé ! » Vraiment ?

Autres pseudo-arguments qui nous été opposés :

  • Nous sommes  » les violents agressifs de Rodilhan  » : c’est sûr, c’est pourquoi les aficionados agresseurs ont été condamnés et nous jamais pour violence, je montre ma cicatrice à l’épaule datant de Méjanes 2014
  • les personnalités anti-corrida  » ne sont pas des plus recommandables « …

Une aficionada nous a dit être proche du malaise en nous revoyant ! Eh oui, nous sommes là et y serons de plus en plus souvent. Toutefois, une discussion intéressante avec un pro-corrida d’un certain âge, j’espère que nous l’avons amené à réfléchir. Presque pas d’agressions verbales et beaucoup de remerciements et d’encouragements .

Des ventes, des dizaines de nouvelles signatures et une proposition arlésienne de militantisme.

MERCI A TOUS

Dominique Arizmendi, déléguée des Bouches-du-Rhône

Galerie