Après une excursion le matin pas très convaincante, on était six à être parvenus à rentrer dans l’arène l’après midi vers 17h20.

L’une d’entre nous devait nous filmer pendant que les cinq autres sautaient au centre.

L’arène allait presque se remplir aux 3/4, mais pas plus. Et quelques aficionados qui se plaignaient de ne pas la voir aussi remplie qu’ils le voudraient. Et ça parlait des antis bien sûr..

Mais au dernier moment juste devant la barrière, juste avant de sauter, on s’est fait cueillir par des flics en civil qui apparemment nous guettaient depuis le début.
On a bataillé pendant presque une heure dedans puis dehors pour que soit on puisse re-rentrer, soit se faire rembourser.

Puis l’une des directrices nous a quand même permis de rentrer une deuxième fois et se faire escorter jusqu’aux abords de l’arène dans d’un silence total (où on a pu voir une minute durant le taureau se faire torturer..), avant d’enfin commencer à crier et mettre le bazar autant qu’on le pouvait. De quoi surprendre tout les affiocs à cet instant là de concentration, et surement le matador Javier Castano avec.

Une fois expulsés on a donc été rejoint par un militant nous attendant avec des banderoles, pour finir le travail à l’extérieur à coups de cris également, avant de se faire expulser encore.

J’ai beau avoir encore du mal à relativiser notre tentative et il va surement me falloir plusieurs jours (on était si près de faire beaucoup mieux…), je reste conscient que ce n’est pas anodin, et cela prouve encore une fois que tout est possible.

Si même moi j’ai pu m’infiltrer jusqu’au bout (deux fois), alors que ma tête a fait le tour de presque tout les commissariats suite aux événements de Dax, avec mon 269 sur le coup, mes papiers d’identité relevés BIEN PLUS d’une fois, dans une corrida comme celle de Béziers alors que cette ville constitue une des plus grosses « capitales » Françaises pour cette tradition morbide, et alors que le maire avait promis d’interdire TOUTES manifestations de quelques sortes, avec les meilleurs mesures de sécurité qu’il pouvait, alors c’est que TOUT LE MONDE peut le faire.

Gardez espoir, ils sont complètement sur les rotules, ne savent plus où donner de la tête, alors que les antis fidèles au poste tiennent bon tout les weekend dans toute la France et même plus !

CORRIDA BASTA !!!