Dax se glorifiait d’être la seule ville du Sud-Ouest à organiser une corrida lors de la temporada 2020 : « Cette journée taurine sera une revendication de la culture qui nous unit » (Sud-Ouest 26 09-2020).

Le prix de cette journée incombe à la ville de Dax, une ville déjà en déficit (chaque contribuable doit 2200 €) !

Nous étions à Dax, ce 27 septembre, manifestant et défilant CONTRE LA CORRIDA.

Le CRAC Europe et Landes Anti Corrida ont préparé cet évènement, rejoint par des militants de L214, des représentants du Parti Animaliste, et des défenseurs de la cause animale.

Le coronavirus, s’attaquant à notre économie, va mettre à terre beaucoup de petites entreprises en France, mais ce virus n’a pas encore fait tomber les corridas ni à Beaucaire, Arles, Nîmes… ou Dax ! La fête Bio des Landes, devait avoir lieu dimanche dernier à Dax, elle a été annulée pour raisons sanitaires dues au Covid-19 !

Ce vilain virus se propagerait donc partout la ville et pas dans les arènes ?

Non, bien sûr que non, mais le maire, Julien Dubois, a choisi : la souffrance et la mort animale sont prioritaires face à la santé et à la vie !

De plus, les nouvelles restrictions, afin de lutter contre le coronavirus, applicables au département des Landes et diligentées par la Préfète, devaient être EFFECTIVES À PARTIR DE LUNDI. Elles ont donc laissé honteusement se dérouler la journée de massacres taurins de dimanche !

Le premier ministre M. Castex a déclaré : On ne joue pas avec l’épidémie ! Les aficionados si !

Les aficionados ont rempli les arènes, 4000 le matin et 4000 l’après-midi, collés, serrés ; l’ambiance de la violence et de la mort d’herbivores, primant sur le danger potentiel du virus.

Le matin, deux jeunes taureaux ont perdu un sabot antérieur dès le début du massacre. Quelle atrocité ! Blessés, ils ont subi la hargne et la cruauté jusqu’au bout de l’horreur.

Et le journal Le « Sud-Ouest » qui a osé publier : « Le comportement des taureaux a pu décevoir une partie du public » !!!

Cette ville de la honte doit arrêter ses tueries d’un siècle révolu.

Notre société commence à prendre conscience de la souffrance animale, les yeux et le cœur humains s’ouvrent à leur misère. Des élus, des politiques montent au créneau pour défendre le droit animal. La ténacité et les actions des militants participeront à la fin de la corrida.

Les aficionados, « has been » irréductibles, dont le nombre est en baisse constante font partie des seuls animaux dont on puisse se réjouir qu’ils soient en voie d’extinction !

Merci aux militants et militantes venus de Bordeaux, d’Arcachon, d’Orthez, de Biarritz, de Bayonne…Ils ont donné leur temps, leur énergie et leur cœur.

Merci à Didier Bonnet, président du CRAC EUROPE, venu de Nîmes pour cette journée de lutte contre la novillada et la corrida.

Merci à Camille et ses ami(e)s de L214 pour leur engagement, Merci à Lisa et Sienna, nos charmantes nouvelles militantes.

ON NE LÂCHERA JAMAIS RIEN !!!

BASTA CORRIDA !

PAS D’ENFANTS DANS LES ARÈNES !

Lisa Lou
déléguée du CRAC Europe 40/64