Connaissance tardive de cet événement et donc inscription tardive pour au final un résultat satisfaisant à cette participation : une foire locale à Martres-de-Veyre, ville proche de Clermont-Ferrand.

C’est ainsi que hier, sous un vent froid et dès 7 h du matin, nous nous sommes installés avec l’objectif de faire connaître le Crac Europe ici dans le Puy-de-Dôme avec son groupe de militants et aussi d’informer et de mobiliser en faveur de cette cause.

C’était notre première immersion hors contexte militantisme ; nous allions, les sept militants disponibles hier, à la rencontre de non-initiés et c’était très enthousiasmant. Nous n’avons pas été déçus ! Avec une météo au final ensoleillée c’est une foule énorme qui a défilé devant notre stand. Nous l’avions configuré comme dans le cadre de présence dans des manifestations animalises. Certaines personnes se sont approchées spontanément et ont ainsi signé la pétition, ont reçu les informations sur la corrida et sur tout ce qui s’y rapporte, ont été avisées de la manifestation de Mont-de-Marsan et de notre intention de nous y rendre, associée au fait d’organiser -selon le nombre de participants- un car depuis Clermont-Ferrand. Pour d’autres nous avons dû les inviter à s’approcher du stand.

Très vite nous nous sommes rendus compte qu’il y avait une mauvaise compréhension quant au vrai sens de notre présence. En effet, il y a eu des questions posées sur le but de notre action car cela ne paraissait pas clair (malgré les photos explicites pour nous militants, les slogans des tracts, les banderoles…). Nous avons aussitôt reconfiguré notre visuel qui du coup ne prêtait lieu à aucune équivoque : un exemplaire différent des tracts du Crac Europe a été scotché sur les photos ainsi que sur tous les montants du stand. La cause des taureaux, des chevaux, des enfants, bref de tous ces êtres vivants à défendre car victimes innocentes de la corrida, était clairement définie et annoncée.

Toutes les personnes qui tenaient un stand proche du notre sont venues spontanément signer la pétition et témoigner de leur volonté farouche que la corrida n’existe plus en France. Certaines d’entre elles ont même souhaité prendre des tracts pour les mettre sur leur stand et même en prévision de ceux qu’elles tiendront très prochainement dans d’autres villes. Accueil et présence très bien perçus pour preuve aussi  par le fait que c’est un exposant voisin de nous qui, tellement content de notre présence, a pris les photos de notre groupe.

Au cours de cette journée (sans s’arrêter au stand et tout en poursuivant leur flânerie) nous avons entendu trois personnes dire leur attrait pour la corrida : pour une « c’est la tradition de mon pays, ce que vous faites c’est n’importe quoi » et pour deux « si ! la corrida doit continuer d’exister ». Pour toutes les autres, soit de vive voix soit par leur mine défaite à la vue du stand, on a pu constater que la corrida provoque leur colère, leur dégoût et leur honte.

Travail d’information et également de tractage. Le principal constat qui est à relever c’est que TOUS ignoraient l’existence des écoles taurines…. Cela a fait l’effet d’un véritable électrochoc. Cela a profondément indigné, révolté avec toujours les mêmes mots : ici en France ? Quel mode d’éducation, quelles valeurs morales pour les enfants, quelle santé morale pour les enfants, le rôle des parents et leurs responsabilités tout comme ceux des politiques, honte pour les écoles de la violence et de l’apprentissage à savoir tuer, etc. Concernant les explications des codes de la corrida et les photos qui s’y rapportent personne n’a vraiment eu le courage de les entendre et de les voir. Tous souhaitent que la France en finisse et vite !

Nous avons recueilli 92 signatures en faveur de la pétition et vendu des articles de la boutique du Crac Europe .

En résumé ce sont des centaines de personnes qui ont pris connaissance de l’existence nationale et locale du Crac Europe ainsi que du collectif Auvergne anti-corrida. Parmi celles-ci des contacts ont été pris, des intentions ont été exprimées pour venir manifester le 23 juillet : une fois de plus les Auvergnats seront présents à Mont-de-Marsan pour porter la voix de l’Auvergne tout entière qui exige la fin de la corrida !

L’ équipe motivée à l’engagement profond et sincère est prête pour mener une nouvelle action.

Cathy Martinez

Galerie