ACTION ANTI-CORRIDA DU 5 SEPTEMBRE A MULHOUSE ORGANISEE PAR ANIMALSACE ET CRAC EUROPE

L’association Animalsace très impliquée dans la lutte anti-corrida avait répondu en juillet dernier à notre invitation pour l’action menée à Belfort par la délégation de Franche-Comté. C’est donc tout naturellement et avec grand plaisir que nous avons répondu à la leur concernant l’événement qu’ils mettaient en place pour le 5 septembre 2015.

Accueillie très chaleureusement par les militants alsaciens ainsi que par Michelè Strifflert, ex députée européenne , élue de la ville de Mulhouse et responsable nationale de la Commission UDI sur la condition animale, et Gilles Martin co-fondateur de ladite Commission, et après les présentations d’usage, j’ai assuré le breafing de début d’action à la demande des organisateurs d’Animalsace.

Aux alentours de 14 h, nous nous sommes installés le long d’un large trottoir, place du Général de Gaulle, à proximité de la Gare, emplacement que la mairie nous avait réservé afin de nous éloigner du centre ville compte-tenu de « nos mises en scène choquantes risquant de traumatiser les enfants ». Sur les conseils du représentant des RT , au demeurant très sympathique et à notre écoute, venu faire son inspection d’usage, nous nous sommes déplacés au bout du trottoir formant un arrondi, juste en face de la gare, où la visibilité était plus importante. Michèle, en tant qu’élue a également suggéré aux militants chargé du tractage et des pétitions de se déplacer dans la ville.

L’installation du happening s’est faite dans la détente et la bonne humeur et bien qu’ayant oublié les banderilles, le résultat final des six taureaux installés sur le tissu beige était …naturaliste : de la chair, du sang et du sable souillé. Le tableau illustrait l’après « spectacle », celui des taureaux morts desquels les boureaux ont retiré les armes sanglantes et prêts à être traînés jusqu’à leur dernière et immonde demeure : l’équarissage ou l’étal du boucher. Des militants coiffés de cornes entouraient ce tableau brandissant des pancartes du CRAC Europe et d’Animalsace. Le ciel était nuageux et la fraîcheur de l’air n’a pas fléchi la détermination de nos « taureaux » allongés immobiles pendant trois heures.

A la table où j’avais déposé quelques livres et brochures du CRAC Europe, j’ai accueilli beaucoup de personnes sensibilisées à la cruauté des arènes et le dialogue d’une manière générale s’est avéré riche en échanges et en émotions. Quelques badauds ont bien tenté de nous balancer les clichés d’usage en évoquant la souffrance humaine, ce à quoi nous avons répondu comme à l’accoutumée, que pour nous, défendre la Vie concernait aussi bien les humains que les animaux etc… J’en ai d’ailleurs profité pour présenter le tract du CRAC Europe dénonçant les écoles de tauromachie et j’ai demandé à un interlocuteur un peu trop braqué s’il trouvait normal qu’un enfant soit initié à la violence sur un animal et je lui ai expliqué que notre association luttait pour la protection de l’enfance. Le quidam s’est calmé.

Une journaliste du quotidien L’Alsace s’est déplacée pour nous interviewer. Un article est paru aujourd’hui intitulé : « De la chair et du sang contre la corrida ». Un titre accrocheur qui donne envie de lire la suite.

Nous étions une trentaine de militants, peut-être plus, certains n’ont pas pu rester jusqu’à la fin de l’action qui s’est achevée à 17 h. Il manque du monde sur la photo de groupe. Je tiens à remercier l’association Animalsace et ses militants pour leur implication dans la lutte anti-corrida, leur générosité, leur dynamisme et leur chaleur humaine. Ce fut un pur bonheur de travailler avec eux sur cet événement et je leur donne rendez-vous à Rodilhan puisque nous partagerons le bus qui nous conduira le 4 octobre vers ce lieu de torture et de mort pour tenter d’empêcher une fois encore dans cette ville et peut-être la dernière , le spectacle sanglant des arènes.

Un grand merci également à Michèle Striffler et à Gilles Martin de la Commission UDI sur la condition animale qui nous apportent leur soutien.

Chantal GIROT
Déléguée du CRAC EUROPE pour la Franche-Comté

Galerie