22 personnes sont venues faire de cette action une totale réussite dans un territoire haut en couleurs et en langage. Un vrai territoire avec des gens du cru -bienvenue en Chalosse !

Nous sommes arrivés vers 13h30 à DAX et nous sommes dirigés vers l’endroit que la Mairie avait choisi pour nous : l’angle de l’avenue des Tuileries avec l’avenue Jules Bastiat. La personne de service de la SDIG m’avait informé la veille que la Mairie nous avait également réservé un parking… quel honneur : merci M. Bellocq (Maire de Dax).

A notre arrivée sur le parking, il se trouve que celui-ci était déjà bien chargé en véhicules. Les forces de l’ordre viennent me demander où je souhaite installer ma table. Deux solutions s’offrent à moi de chaque côté de la route (avenue des Tuileries).

Je propose toutefois le choix qui me parait le plus judicieux, côté parking, mais les voitures en stationnement gênent. Qu’à cela ne tienne, on appelle la fourrière qui vient rapidement nous enlever les véhicules… et de 1, et de 2, et de 3… Ce sont sept véhicules qui partent à vitesse grand V en fourrière. Des véhicules des gens qui étaient venus à la Féria, voire assister à une corrida puisqu’en ce dimanche 18/08/2013, deux corridas étaient offertes à une grande bande de dégénérés : une à 11 heures, l’autre à 18 heures.

Je dois dire quel ne fut pas mon bonheur de voir partir ces véhicules qui allaient très certainement mettre mal à l’aise les services de la Mairie, pour leur accueil des festayres ? D’ailleurs, l’action de la fourrière a mobilisé un grand nombre de passants qui ont regardé ce spectacle inattendu.

Nous avons distribué près de 1000 tracts d’information : Corrida, ne rien dire, ne rien faire, c’est être complice ! Évidemment, l’accueil ne fut pas toujours chaleureux mais nous avons été visibles et vus par un grand nombre de personnes. L’action à ce niveau a été une véritable réussite. A plusieurs reprises, nous avons pu à nouveau entendre : « Dégagez, foutez nous la paix. Laissez-nous vivre nos cultures et nos traditions tranquillement. Vous ne connaissez pas les Landes » (pour les propos les plus softs).

De l’autre côté de la route, c’était la zone interdite, la zone féria. Lors de notre arrivée, cinq CRS motorisés étaient présents. Une personne qui s’occupait de l’accès en zone féria, employée de sécurité, affichait clairement ses positions sur la corrida, puis entraînait dans ses propos les CRS. Des mots échangés assez forts que l’on entendait, accompagnés de quelques sourires narquois ! Je suis allé faire remarquer à la personne de la SDIG, que les forces de l’ordre affichaient clairement leurs positions et qu’en aucun cas ils ne devaient le faire puisqu’ils étaient en service, en uniforme. Ce rappel a été transmis aux intéressés.

Laurent Goulefer
Délégué CRAC Europe Gironde