L’Indépendant , 23 septembre 2010 :


Hier soir, une centaine d’opposants à la tauromachie ont manifesté devant Jean-Cau.

Un comité d’accueil était posté à l’entrée de l’espace Jean-Cau, hier après-midi, pour interpeller les aficionados se rendant aux arènes pour assister à la corrida. Des sifflets, des cornes de brume, des « ouh ouh… » de protestation ont retenti. Les anti-corridas étaient environ une centaine, postés à une trentaine de mètres de l’entrée, de l’autre côté de la rue, cantonnés derrière des barrières et sous haute surveillance policière. « J’ai donné des consignes pour manifester de façon tout à fait pacifique. Parce que la violence, elle n’est pas de ce côté mais de l’autre côté », a déclaré Marie-Josée Garcia, présidente du Ccac (Comité carcassonnais pour l’abolition des corridas) en pointant du doigt les arènes. Les « anti » s’étaient aussi transformés en homme sandwich, arborant des panneaux aux inscriptions laconiques : « Corrida Basta », « Silence, ici on torture ». Parmi les manifestants, il y avait la présidente de la Flac (Fédéra tion des luttes pour l’abolition des corridas) de la Haute-Garonne, Isabelle Marcoux. « Je trouve ça illégal. La corrida est tolérée quand il y a une tradition taurine ininterrompue, a-t-elle tempêté, ça n’est pas le cas à Carcassonne ». Des membres du Prou (traduction : « assez ») étaient aussi présents. Ce collectif catalan a mené le combat conduisant au vote du Parlement catalan, le 28 juillet dernier, interdisant les corridas en Catalogne espagnole à partir du 1 er janvier 2012. « Chez nous, la corrida est intimement liée aux partis conservateurs… C’est lamentable qu’une république comme la France ne fasse pas quelque chose pour arrêter ça », a lancé Ivan Hernandez, membre de l’organisation.
Un peu plus tard, soit vers 19 h 45, les « anti » se sont alignés le long du Pont de l’Avenir, à la sortie des arènes, pour faire ce qu’ils ont appelé une « haie du déshonneur » aux aficionados qui sortaient de la plaza de toros.

Ch. C

Lire l’article au format PDF :

_