Nous étions présents ce samedi 16 mars 2013 de 10h00 à 12h00 lors d’une animation organisée par la ville de Nîmes et les aficionados practicos (amateurs de corridas qui non seulement aiment regarder ce spectacle morbide, mais qui en plus imitent leurs idoles tortionnaires en se faisant la main sur des bovins) dans un quartier de la ville, le « Mas de Mingue ». Animation qui consiste à initier des enfants et ados à manier la cape… manoeuvre qui fait donc partie intégrante du spectacle de torture, cette cape servant entre autres de « leurre » au moment où le taureau se prend les 80 cm d’acier (l’épée) dans le corps.

Ne nous leurrons pas, ces initiations édulcorées auprès des enfants, très ignorants souvent, consiste avant tout à se trouver de potentiels futurs clients… nous le savons, parce-que tout simplement la corrida est en perte de vitesse. Donc manoeuvre très hypocrite où par dessus le marché, tout est caché à ces enfants : des taureaux hurlant de douleur, qui tentent de fuir, des épées qui transpercent les flancs (des fois), des coups d’épées répétées, des taureaux qui titubent longuement avant de s’écrouler, des oreilles coupées quand l’animal n’est pas encore mort….. On ne leur dit pas non plus que le taureau n’a pas envie d’être là, on ne leur explique pas qu’on l’a intentionnellement isolé de l’homme durant des années, puis subitement séparé de ses congénères et propulsé au milieu de cette foule d’hommes qu’il n’a quasiment jamais vu…. pour provoquer ainsi la PEUR chez lui ! On ne leur explique pas que l’on se divertit sur le dos de la peur d’un animal. On ne leur explique pas que si le taureau fonce c’est parce qu’il a peur ! NON ! On leur fait croire que le taureau est un méchant fauve et que celui qui ose le défier est un héros ! Alors voilà pourquoi nous étions là, pour dénoncer tous ces mensonges ! Ces hommes sans scrupule, mentent aux enfants, profitent de leur naïveté et de celle de leurs parents.

A notre arrivée donc nous tombons par hasard sur le recteur de la mosquée toute proche de là. Nous l’informons donc de cet embrigadement. Inutile de chercher à le convaincre, pour lui, torturer à mort un animal dans le but de se distraire est absolument scandaleux. Pendant que nous discutons avec lui, un bus rempli d’une petite dizaine d’enfants et ados arrive avec le chauffeur : animateur dans un autre quartier de la ville…. et aficionados. Nous l’avions d’ailleurs déjà rencontré lors d’un autre évènement de ce genre. Nous comprenons qu’il a longuement préparé les enfants à notre présence. Ils descendent donc du bus et un militant les prend en photo (à savoir : nous floutons toujours les visages d’enfants sur les photos). C’est alors que le chauffeur déboule avec une agressivité excessive et ordonne de supprimer la photo. Assez gonflé de sa part sachant qu’à notre dernière rencontre, des photos avaient été prises de parts et d’autres. Il va sans dire qu’ils ont certainement plus à se reprocher que nous autres qui prônons le respect de la vie.
Nous étions donc là, toujours avec le recteur de la mosquée et nous voyons 2 aficionados installer une séparation afin qu’on ne puisse s’approcher de plus près. Nous leur indiquons que le lieu est public et dépassons cette limite imposée, tout en respectant tout de même une certaine distance. Nous échangeons un peu avec certains aficionados avec un ton quelque peu tendu, et l’un d’entre eux qui n’est autre que l’un des agresseurs de Rodilhan, tente hypocritement d’adoucir les choses. Il ne voulait surtout pas que sa petite représentation soit gâchée…. un des militants lui demande donc si à Rodilhan il avait été aussi conciliant ! Et vlan !

Il était prévu une distribution de tracts pour cette action, mais il n’y avait vraiment pas foule. Nous en avons donc distribué ou du moins montré aux jeunes du quartier, écoeurés à la vue de ces taureaux écroulés et dégoulinant de sang. Trois jeunes s’approchent de nous et le recteur leur demande de nous serrer la main, preuve de sa part qu’il a du respect pour nous et qu’il nous montre comme des gens respectables. Les 3 jeunes s’exécutent et on leur explique la raison de notre présence en leur montrant nos images et leur expliquant bien que ces taureaux souffrent au milieu d’applaudissements. Ils approuvent sans conteste notre démarche.
Ils décident donc d’aller chercher d’autres amis du quartier pour dénoncer à leur tour la venue de ces tortionnaires qui embrigadent des jeunes comme eux. Les voilà revenir et la tension commence à monter quand certains d’entre eux s’approchent des jeunes « embrigadés » pour tenter de leur expliquer que la corrida c’est pas bien. Mais voilà que la tension déjà présente monte encore d’un cran quand certains s’aperçoivent que ces jeunes « embrigadés » viennent de la ZUP, un autre quartier sensible de la ville. Certains se reconnaissent.

Il faut préciser que ces jeunes venus en bus avec leur chauffeur/animateur et aficionados, viennent d’un autre quartier où cet animateur les a préalablement « formatés ». Ils servent tout simplement d »appât » pour attirer les jeunes du quartier que les aficionados practicos ont décidé d’embrigader. En effet, à notre arrivée sur les lieux ce matin, il n’y avait personne à part les organisateurs…. alors tout est bien organisé, tout est bien coordonné… les aficionados practicos avec la complicité de cet animateur se servent de jeunes d’un quartier pour attirer des jeunes d’un autre quartier.

Cette fois les aficionados practicos se sont fait prendre à leur propre piège avec leurs méthodes douteuses… que celles d’apprendre à des gamins l’école de la souffrance et la mort et de racoler des jeunes d’un quartier pour en racoler d’autres !

Dans la vie, quand on agit de façon malsaine, tôt ou tard on le paye. Et c’est ce qu’il s’est passé ce matin pour eux, ils ont du écourter d’une heure (en comptant large) une activité qui devait en durer 2…. L’activité devait commencer à 10h00, mais avec notre présence elle a commencé plus tard, pour se terminer à 11h15 au lieu de 12h00. Capes, cornes… tout a été rapidement rangé dans les coffres de voiture et le bus a rapidement quitté les lieux.

Donc victoire pour nous, leur animation a été dérangée et écourtée …. ils n’ont pas pi donner leurs cours morbides en toute tranquillité.

Et oui messieurs les saigneurs de taureaux, répandez plutôt le respect de la vie autour de vous et on vous laissera en paix ! Cette paix que vous ne laissez pas aux taureaux !

A bientôt ! le 6 avril, c’est ça ?

Merci aux militants présents, Sophie, Roger, Didier et Fred.

Nathalie VALENTIN
Déléguée du Gard pour le CRAC Europe