Rodilhan, on ne lâche rien !

Serge Reder est têtu. Non seulement il a rendu le nom de sa commune mondialement connu comme étant à la fois un lieu de torture animale et de violences en réunion sur des humains depuis le 8 octobre 2011 (17 condamnations à des amendes / prison avec sursis / prison ferme pour les délinquants reconnus coupables), non seulement il a été lui-même condamné pour avoir participé au lynchage de 90 militants anticorrida pacifiques et enchaînés (il a fait appel), non seulement il fait, depuis, mettre chaque année son village en état de siège avec des barriérages de deux mètres de haut et des centaines de gendarmes mobiles pour les sécuriser, mais voilà qu’il récidive le 2 octobre 2016 avec un « festival ». On sait ce que ce mot veut dire dans Rodilhan la Sanglante : une fois encore, des veaux vont être torturés à mort par des adolescents devant un public de pervers. Reder n’a toujours pas compris la leçon : tant qu’il y aura des corridas à Rodilhan, nous reviendrons nous y opposer.

Appel à tous les militants anticorrida : peu importe si vous faites ou pas partie d’une association ou d’un collectif, peu importe ce que sont vos opinions sur tout un ensemble de sujets ; le 16 octobre 2016, la seule chose qui comptera, ce sera d’être là au plus près des barrières qui ne nous ont jamais intimidés, pour transformer une fois encore leur « festival » en très mauvaise journée. Nous ne lâcherons jamais, jusqu’à l’abolition !