Depuis le 28 janvier dernier, l’animal est reconnu par le Code civil comme un « être vivant doué de sensibilité »

Si cette petite marche vers le bien-être animal est une nouvelle encourageante, elle n’est pas la ligne d’arrivée mais le point de départ d’un long chemin vers le bien-être animal dans notre pays.

En s’alignant sur le code rural et le code pénal, cette réforme devrait refondre le cadre théorique du droit animalier et renforcer la portée et l’application des lois en vigueur (80% des plaintes pour maltraitance et actes de cruauté sont classées sans suite)

Il nous appartient désormais, à nous, garants du bien-être animal, citoyens, militants, associations, de veiller à ce que la théorie rejoigne la pratique.

Ainsi, cette année encore, nous restons mobilisés et demandons une évolution significative du statut juridique de l’animal, le renforcement des peines et l’application des lois en vigueur, l’abolition des exceptions culturelles (corridas, combats de coqs), l’égalité juridique pour tous les animaux (familiers, élevages, sauvages), l’interdiction des animaux dans les cirques, foires et delphinariums…
la création d’une catégorie juridique de «personne non humaine» spécifique aux animaux…

Le CRAC Europe sera présent.