Samedi 27 septembre de 13h à 18h, Place de la République à Paris

Événement Facebook

L’association « Mouvement FUDA » organise à Paris le samedi 27 septembre prochain une grande marche unitaire inter-associations demandant une évolution significative du statut juridique de l’animal dans notre pays. Je me permets d’insister sur le caractère primordial de ce combat :

La lutte contre la souffrance animale est débordée de causes et de cas toujours plus divers, sordides et nombreux et ce dans tous les domaines : qu’il s’agisse de l’élevage, de la production de fourrure, de la corrida, des euthanasies dans les refuges surpeuplés, des conditions de détention dans les zoos, cirques ou delphinarium, des abus de l’expérimentation animale, du sadisme ordinaire jamais puni et de tant d’autres, tant que les animaux resteront coincés dans la catégorie des « objets » dans le Code civil, pilier du droit français, nous aurons beaucoup de mal à lutter efficacement contre certains traitements abjects qui leur sont infligés ou contre l’indifférence envers leur sort, malheureusement encore si répandue.

Le Code civil influence les comportements, il est un peu le « surmoi » des citoyens : un changement de statut animal dans ses textes aurait des répercussions positives énormes sur les mentalités à leur égard. Là, légiférant sur eux au même titre que sur les « objets », il autorise inconsciemment à ce qu’ils soient traités comme tels en toute impunité (même si le code pénal l’interdit – est-ce suffisant ? NON, puisque les quelques lois pénales les prenant en compte ne sont pas appliquées – sans compter les « exceptions culturelles » autorisant carrément d’un côté ce qui est interdit de l’autre !)

Je rappelle que même le simple amendement proposant de préciser dans notre Code civil que « les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité », déposé en avril dernier, a été bloqué par le sénat. Motif invoqué : ça va pas plaire aux amateurs de corrida, aux chasseurs et à la FNSEA (groupement des syndicats agricoles) : ces gens-là refuseraient-ils définitivement d’admettre que les animaux sont des êtres vivants et sensibles ? Non mais de qui se moque-t-on !

Je compte sur vous pour faire la promotion de cette marche qui je l’espère réunira quelques personnalités PA et hors PA (on s’y emploie !) mais qui surtout doit réunir le plus de français possible afin qu’ils puissent exprimer à nos dirigeants à genoux devant les lobbies, leur souhait : voir évoluer le statut juridique de l’animal n’en déplaise aux afiocs, éleveurs industriels, chasseurs sans scrupules etc ! Tous les combats contre la souffrance des animaux ont à gagner d’une évolution de leur statut juridique, unissons-nous.


Lettre ouverte de l’association FUDA à lire au format PDF

A l’attention des responsables et représentants des structures, organisations, associations, fondations, refuges, sociétés, syndicats et mouvements relatifs au bien-­ ?être et à la protection Animale.