Sur le marché de Nîmes, des militants locaux du Crac Europe mèneront une campagne d’information avec distribution de tracts, signature de pétition pour l’abolition de la corrida et proposition d’adhésions.
Nous expliquerons pourquoi nous refusons cette « art » barbare qu’est la corrida alors qu’en France, les sévices sur les animaux sont punis par la loi (le fait, publiquement ou non, d’exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende) et donc la corrida interdite, sauf dans une dizaine de départements sous couvert de tradition locale ininterrompue où l’on fait abstraction de la torture.