Un « Rodilhan IV » sous tension