Le député-maire de Belfort, Damien Meslot, a visionné les images de la manifestation citoyenne de Maubourguet du 23 août dernier et a été particulièrement choqué par la violence des aficionados et des CRS. Il vient de poser une question écrite au ministre de l’intérieur :

« Monsieur Damien Meslot attire l’attention de Monsieur le Ministre de l’intérieur sur les incidents qui ont eu lieu le 23 août 2014 à Maubourguet (65). En effet, ce jour-là lors de la corrida organisée dans cette petite commune des Pyrénées s’est déroulée une manifestation d’opposants à la corrida. Cette manifestation était pacifique mais des CRS sont intervenus contre les manifestants de façon musclée, pour ne pas dire brutale. Plusieurs militants opposés aux corridas ont ainsi été blessés. C’est pourquoi il lui demande ce qu’il pense de ces événements st s’il entend donner des consignes de modération à certains CRS. »

Le député Meslot a déposé une proposition de loi pour l’abolition des corridas le 6 novembre 2013 . Elle est enregistrée sous le numéro 1525. A ce jour, nous comptons 75 députés abolitionnistes et nous poursuivons notre collecte de signatures.

Rappelons qu’à Maubourguet, un commandant de CRS a pu dire devant de nombreux militants lors de cette action : « je suis aficionado et je suis là pour casser des anticorridas ». Rappelons que les militants abolitionnistes étaient totalement pacifiques, que pas un aficionado n’a été blessé. En revanche un militant a été roué de coups par des amateurs de torture tauromachique et a eu le bassin fracturé, ainsi que le coude. Il a été opéré ces derniers jours afin de lui poser une prothèse du coude. Un autre militant a été battu à coups de barre de fer par un aficionado : traumatisme crânien et 4 agrafes sur le cuir chevelu. Une militante a eu des côtes cassées. Le président du CRAC Europe a été interpellé avec une extrême violence uniquement parce qu’il avait un mégaphone en main. Il a été retenu 20 heures en garde à vue et doit passer le 6 janvier 2015 devant le tribunal de Tarbes. Et pour tous les agresseurs ? Rien pour l’instant. Ce deux poids deux mesures est insupportable. L’indignation est à son comble dans le camp des abolitionnistes. Cette façon de maltraiter les citoyens pacifiques et de protéger les tortionnaires ne pourra pas perdurer.

Pour le CRAC Europe
Jean-Pierre Garrigues, président
Tél. 06 75 90 11 93
www.anticorrida.com